Agrifête : « Toute la ruralité est dans le champ »

La 2e journée d’Agrifête a rassemblé une foule de 15 000 personnes venues à la rencontre des métiers de l’agriculture, le 30 août 2009 à Plonevez-du-Faou (Finistère).

L’œil du connaisseur pétille sans tarder sous la casquette. « C’est le premier tracteur que j’ai jamais eu ! », s’exclame Jean, un ancien éleveur venu de Laz, tombé en admiration devant cet antique Massey-Harris Canadien de 15 CV seulement, daté de 1951. « Ça remplaçait 3 chevaux de labour et on faisait même les battages avec. Maintenant, tout est devenu trop gros », soupire-t-il en évoquant l’une des plus grosses moissonneuses-batteuses présente sur le champ d’Agrifête, hier, à Plonevez-du-Faou. « Près de 5 m de largeur de coupe. Tu te rends compte ? »

« Une économie de travail »

Non loin de là, un raccourci de 60 ans d’histoire de l’agriculture bretonne se joue en pleine terre, sous les yeux intéressés du public : l’attelage de chevaux de trait bretons de Jean L’Hostis, côtoie en effet la charrue quadrisoc dernier cri du concours départemental de labour. « Il y a un hongre et une jument », précise l’éleveur venu de Kernoues, en tirant sur sa charrue à soc unique pour éviter l’écart fatal.

La sono de la fête s’époumone, la terre sèche quitte son lit de chaume en poussière fine et la foule s’amuse du travail de Sandy, la chienne de troupeau de Joel Beyou. « Stop, chom ! Mad ! », lance l’éleveur de Loperhet, visiblement fier de sa chienne dressée au son de la langue bretonne. « Elle m’économise 30 à 40 minutes de temps de travail quotidien pour la gestion de mon troupeau de 120 vaches », affirme-t-il en souriant, alors que le fidèle animal darde son regard hypnotique sur une troupe de 5 oies qui n’en mènent pas large.


L’attelage de chevaux de trait bretons de Jean L’Hostis venu de Kernoues (Lesneven), a attiré la foule des curieux, séduits par la rencontre inhabituelle d’avec les charrues quadrisocs dernier cri (photo © Jean-Pierre Bénard).


« La dynamique du monde agricole »

« Pas de pays sans paysans », proclame une banderole déployée sous la grande tente des Jeunes agriculteurs. À deux pas de là, Jacques Jaouen, le président de la Chambre d’agriculture, reprend à son compte le slogan. « Agrifête ? Ça représente toute la dynamique du monde agricole présente sur nos différents territoires, explique-t-il. Et j’espère que nos concitoyens présents aujourd’hui à Plonevez-du-Faou en prendront conscience, à l’heure où la crise frappe de plein fouet les différents marchés de l’agriculture. »

De circuit de moto-quad pétaradantes en broyeur géant de copeaux de bois destinés au chauffage, David, un jeune visiteur venu de Berrien, tombe en arrêt devant l’enclos des moissonneuses-batteuses. « Monster truck ! », s’exclame-t-


il en référence aux courses de machines surdimensionnées organisées aux USA. « C’est impressionnant. On n’a pas l’habitude de les voir de face. »

« Toute la ruralité est ici ! »

Entre vitrine de la jeune agriculture, foire au machinisme agricole et kermesse festive des animaux de concours, des vieux métiers et produits du terroir, Agrifête a aussi quelque chose de l’ancienne foire agricole de Trégourez, éteinte au début des années 2000. Jean, un ancien agriculteur centre-breton de 76 ans, le dit bien : « Moi, cette fête de l’agriculture me plaît et on a besoin de ces grands rassemblements. Toute la ruralité est ici ! ».

Jean-Pierre Bénard

Chronique d'Agrifête, organisée à Plonevez-du-Faou (Finistère), du 29 au 30 août 2009.


Les chevauchées aux couleurs du Far-West données par le centre équestre de Koat Congar (Morlaix), ont aussi rassemblé un nombreux public enthousiaste à l’occasion d’Agrifête.