Altan, un grand bol d’Eire au Glenmor

Acclamé de Tokyo à Seattle, couvert de prix, Altan a donné un concert au Glenmor, le 3 février 2011 à Carhaix (Finistère), pour fêter ses 25 ans de scène. Entretien avec Mairéad Ni Mhaonaigh, chanteuse et cofondatrice du groupe.

Vous avez grandi dans une famille de musiciens et vous jouez depuis 25 ans sur scène. Pas de lassitude ?

Non, je suis juste fatiguée par ce lever matinal (il est 8 h du matin en Irlande. NDLR), mais pas du tout par la musique ! (rires). J’ai commencé à jouer de la musique traditionnelle pendant mes loisirs, comme beaucoup d’autres personnes en Irlande. Puis c’est devenu une activité professionnelle et ça l’est resté ensuite, pour mon plus grand plaisir.

La musique traditionnelle irlandaise est-elle aussi une musique actuelle ?

Oui, je le pense. Chaque nouvelle génération de musiciens trouve son propre chemin et apporte sa contribution originale. Au travers de nos concerts, nous essayons de susciter de l’intérêt pour cette musique et de la faire aimer. Et je pense qu’avec Altan, nous avons nous aussi apporté quelque chose de nouveau à la musique traditionnelle irlandaise.

Dans la jeune génération, quels sont les musiciens les plus prometteurs selon vous ?

Oh, ça alors ! Il y en a tellement ! (rires). La musique irlandaise est actuellement en très bonne forme et d’un très haut niveau. Le fiddler Aidan O’Donnell vient d’être honoré du titre de meilleur musicien de l’année 2010. Avec Ciarán Maonaigh et Damien Mc Geehan, ils forment depuis 2008 le groupe Fidil, originaire du Donegal et composé uniquement de violons. Ils sont vraiment très prometteurs. Tout comme le duo des jeunes dublinois Sean McKeon et Liam O’Connor (uilleann pipe et violon), qui viennent de faire une entrée remarquée sur la scène irlandaise avec leur album, Dublin Made.

Pour vos 25 ans de scène, votre dernier album a été enregistré avec l’orchestre symphonique de la RTE (*). Le swing, l’énergie de la musique traditionnelle, et les harmonies classiques, ça colle bien ensemble ?


À l’égal des Chieftains et des Dubliners, Altan est un des groupes phares de la musique irlandaise et la voix gaélique de la chanteuse Mairéad Ni Mhaonaigh, une des plus belles d’Irlande (photo : x).


Les musiciens d’Altan ne jouent pas de musique classique. Malgré cela, la rencontre s’est faite très facilement car beaucoup de musiciens classiques irlandais, connaissent et apprécient la musique traditionnelle d’Irlande. Il y a une grande estime mutuelle et nous avons passé beaucoup de temps à discuter ensemble des arrangements. Et ça a été un grand plaisir de travailler avec eux à cette occasion.

Vous êtes amie avec les musiciens bretons Jacky et Patrick Molard ?

Oui, c’est exact ! Je les connais depuis de nombreuses années. Je les ai rencontrés pour la première fois, au festival interceltique de Lorient, où je m’étais rendu avec ma famille quand j’étais très jeune. J’avais aussi rencontré à cette occasion Pierre Crépillon et Erik Marchand. Pierre et Erik sont ensuite venus nous rendre visite dans le Donegal (*), avec plusieurs autres artistes bretons.

J’aime beaucoup la musique bretonne et j’en joue avec plaisir. Je me souviens d’un voyage en Bretagne, il y a peut-être une vingtaine d’années, du temps où Frankie était encore de ce monde, (Frankie Kennedy, cofondateur d’Altan, aujourd’hui décédé. NDLR). Nous avions eu plusieurs occasions de jouer en


concert et ça avait été de très beaux moments, très agréables.

Après sa disparition, Frankie Kennedy est-il toujours une présence et une inspiration pour la vie et la musique d’Altan ?

Oui, il l’est encore aujourd’hui et pour toujours. Frankie était un grand musicien et aussi un très bon manager. Quand nous avons commencé à nous produire avec Altan, Frankie avait une vision très claire de la direction à donner à notre groupe et, grâce à lui, nous avons pu donner le meilleur de nous-mêmes.

(*) RTE : Radio Telefis Eireann, radio et télévision nationale irlandaise.

(*) Donegal : comté situé au nord-ouest de l’Irlande, d’où sont originaires les musiciens d’Altan.

Recueilli par J.-P. BÉNARD