Gwenaël Goulène, prof de musique et aubergiste

Professeur à l’école de musique du Poher, Gwenaël Goulène est l’initiateur de L’Auberge bretonne. Une création musicale qui mêlera haute et basse-Bretagne, avec les chanteurs Roland Brou et Jean-Pierre Quéré.

Son goût pour la musique, Gwenaël Goulène l’a puisé en partie auprès de son grand-père. « Un franco-égyptien, violoncelliste et admirateur d’Oum Kalthoum, la grande chanteuse égyptienne disparue en 1975 », confie le jeune musicien lui-même ancien élève du sonneur de bombarde Christian Faucheur. « J’ai appris la musique bretonne au contact de sa très grande culture musicale », résume-t-il à propos de ses années d’apprentissage auprès de l’actuel coordinateur de l’école de musique traditionnelle de Quimper.

« Kan-ha-diskan et chansons romanes »

Dans le grand foisonnement de la création musicale bretonne, auquel il participe depuis près de 20 ans avec le bagad de Saint-Nazaire, le bagad Men-ha-Tan ou encore Les Trompettes du Mozambique, Gwenaël Goulène ne tarde pas à faire le constat d’un grand manque. « On avait d’un côté la musique de Basse-Bretagne avec les festoù-noz et le kan-ha-diskan en langue bretonne et, de l’autre, le répertoire de chansons de langue romane de Haute-Bretagne et du pays gallo. Sans qu’il n’y ait jamais de rencontre entre ces deux traditions », regrette le professeur de musique.

« Bonne gastronomie et vin gouleyant »

Pour ce multi-instrumentiste (harpe, bombarde, flûte traversière, accordéon diatonique et percussions), l’occasion rêvée d’un dialogue entre ces deux moitiés de Bretagne s’est bientôt incarnée grâce aux chanteurs Roland Brou et Jean-Pierre Quéré. « Les premières rencontres se sont faites un soir à Douarnenez autour d’une table et d’un verre. Le lendemain matin à 6 h, nous y étions encore », sourit le musicien.


Gwenaël Goulène (au centre) est l’initiateur de la rencontre musicale inusitée entre les chanteurs hauts et bas-bretons Roland Brou et Jean-Pierre Quéré (à gauche et à droite), dans une mise en scène de Gildas Sergent (2e à gauche). (Photo : droits réservés).


Nourris de bonne gastronomie, de vin gouleyant et d’une flopée de chansons issues des besaces respectives des deux artistes bretons, les échanges musicaux ont rapidement gagné en intensité. « On a fini par se dire que cette rencontre conviviale entre chanteurs gallo et bretonnant pourrait très bien trouver un prolongement scénique », raconte Gwenaël Goulène.

« Comme dans la vie »

Les 7 et 8 janvier derniers, tous se sont retrouvés à Bain-sur-Oust, chez le musicien et éditeur Alain Pennec. « Nous avons commencé à travailler sur la mise en scène. Et nous avons peaufiné le fil conducteur du spectacle avec le concours de Gildas Sergent, le chorégraphe du cercle celtique de Douarnenez. » Depuis, Gwenaël Goulène compose la partition et s’active à donner forme à son projet d’auberge musicale bretonne, dans sa maison du Moustoir. « Sur scène, Roland Brou et Jean-Pierre Quéré seront


comme dans la vie : en train de s’activer aux fourneaux pour l’un, en revenant de la traite pour l’autre. »

Pour goûter le brouet aux saveurs de gwerz, de gavotte des montagnes et de chansons de haute-Bretagne mitonné par les deux compères, il faudra patienter encore quelques mois. « Rien n’est encore finalisé, indique Gwenaël Goulène. Mais on espère donner les premières de L’Auberge bretonne au festival de Berrien, à l’Arthemuse de Briec ou, en 2013, au Printemps de Châteauneuf-du-Faou. »

Jean-Pierre Bénard

Écrit et publié le 2 février 2012.