En prélude au championnat du monde des pipes bands à Glasgow

Le bagad Brieg à l'heure de l'Écosse


Un dimanche de juillet 2001, le bagad Brieg recevait le gratin de la musique écossaise venu spécialement d'Écosse, pour préparer la première participation des musiciens bretons aux épreuves du championnat du monde des pipes bands de Glasgow, en août 2001.

Habillé d'une moustache très british et d'un short estival, Robert Mathieson a l'air débonnaire des Britanniques venus goûter le soleil au sud de la Manche. Ne vous y fiez pas. Le Pipe Major du Shotts and Dykehead Pipe Band de Glasgow, actuel champion du monde des pipes bands et musicien professionnel, est un redoutable joueur de cornemuse. L'oreille tendue, le piper écossais prête toute son attention à la suite musicale préparée par les sonneurs du bagad, pour leur première participation aux championnats du monde qui se tiendront le 11 août prochain, en Écosse.

Une préparation rigoureuse

Ses doigts sautillent sur le practice, ce pied de cornemuse qui permet au musicien de répéter un air, sans devoir s'époumoner et épouvanter ses voisins de palier. «Vous devez mettre l'accent sur le quatrième temps», insiste-t-il en interrompant l'exercice. «Votre façon de faire est bonne pour la cornemuse solo. Pas pour une interprétation en pipe band, où les batteries doivent pouvoir vous suivre», indique-t-il de manière pédagogique.

Dans les loges, au sous-sol, les pupitres des cornemuses et des bombardes se sont réunis pour l’accord des instruments. Un tonnerre assourdissant résonne dans les couloirs. «C’est impressionnant de jouer devant ce parterre de musiciens connaisseurs», confie Florian Droual, un des sonneurs de cornemuses du bagad.


Robert Mathieson et Jim Kilpatrick, membres des Shotts, sont venus spécialement d'Écosse pour aider à la préparation du bagad.

Robert Mathieson et Jim Kilpatrick, membres des Shotts, sont venus spécialement d'Écosse pour aider à la préparation du bagad (photos©Jean-Pierre Bénard).


Volontaires, les sonneurs briécois repartent de plus belle, pour donner une tournure plus écossaise à cette marche, encore rétive à leur doigté bretonnant, malgré l'atmosphère surchauffée du local. Dehors, à l'ombre des arbres, le pupitre de batterie jongle inlassablement avec les paires de baguettes, sous le regard et l'oreille avisée de Jim Kilpatrick, le drum major venu lui aussi d'Écosse, pour superviser la préparation des musiciens.

Une superbe aventure

«Le bagad Brieg donnera aussi un concert au Royal Concert Hall de Glasgow, devant un parterre de musiciens très exigeants venus du Canada, d'Australie et d'Afrique du Sud», confie Michel Droual, le président du bagad. «C'est une chance extraordinaire, que nous devons aussi à tous les commanditaires qui nous ont apporté leur soutien», précise-t-il encore. Peter Donald, musicien écossais et membre à part entière de la formation de Briec, renchérit : «les membres du Shotts and Dykehead Pipe Band aiment la musique novatrice du bagad Brieg.


Ils travaillent dans le même esprit et veulent, en nous invitant, faire connaître le travail original du bagad», assure-t-il, confiant dans l'accueil qui leur sera réservé chez les cousins celtes de Glasgow.

La connexion celtique

Une connexion celtique qui a montré toute sa créativité, le soir même, dans les rues de Quimper où se produisait Zikko, le bagad rock issu des rangs briécois. Une fête sublime où se mêlaient un Psycho Reel aux accents stivelliens et un Bells of Dunblaine, en hommage à Robert Mathieson. Saisissant la cornemuse au bond, le sonneur écossais ne tardait d'ailleurs pas à joindre ses talents à la folie binaire, qui embrasait le public massé devant l'Oreille Cassée. Un boeuf improvisé qui en annonçait bien d'autres à venir, en août prochain, quelque part du côté de Glasgow.

Jean-Pierre Bénard

Chronique du stage de préparation du bagad Brieg organisé en juillet 2001 avec Robert Mathieson et Jim Kilpatrick, à Brieg (Finistère).