Avec le rock bretonnant du bagad Cap Caval à l’Espace Glenmor

La Bodadeg ar sonerion souffle ses 40 bougies


Dimanche, à l'Espace Glenmor de Carhaix, les musiciens du bagad de Plabennec et de Cap Caval ont soufflé sur les 40 bougies de la Bodadeg ar sonerion Penn ar bed, l'assemblée des sonneurs du Finistère. Avec le cercle celtique de Pont L'Abbé, et le renfort de la chanteuse Nolwenn Korbell, les musiciens Bigoudens ont présenté «Hepken», leur dernière création marquée par la reprise du «Brezhoneg raok» d'Alan Stivell.

Un accordéon diatonique s'étrangle d'émotion sur un air de danse doublé à la bombarde et aux clarinettes. «La Bodadeg ar sonerion compte aujourd'hui 3 000 sonneurs et 50 bagadous», lance une voix au micro. Sur la scène de l'espace Glenmor, Sébastien Gohoc, le penn sonneur du bagad Plabennec, règle le petit ballet des bombardes à clefs, lombardes et trombardes à la lutherie audacieuse, sur des suites de ronds du Pays Pagan et de dans fisel. «Avec leurs couleurs beaucoup plus graves, ces instruments sont devenus incontournables dans les bagadous», explique-t-il. Une marche vannetaise plus tard, et les musiciens du bagad Cap Caval font leur entrée à leur tour. D'emblée, guitare électrique de Yann-Guirec Le Bars, basse de Julien Le Mentec et flûte de Yann Cariou plantent les harmonies rocks de Brezhoneg Raok, sorties des chemins de terre stivelliens.

«A draw dros y môr, roedd gwylanod yn crio.» Et là-bas, au-dessus de la mer, des goélands pleuraient, chante, en gallois, Nolwenn Korbell, bientôt


Le bagad de Cap Caval a célébré les quarante ans de l'assemblée des sonneurs du Finistère, avec Hepken, sa dernière création donnée dimanche à l'Espace Glenmor de Carhaix.


rejointe par les notes d'une guitare acoustique évoquant le Nouveau monde. Au pied d'un imposant échafaudage de grosses caisses, Natacha Le Floc'h se démène comme une belle diablesse en maillochant ses fûts dans la pénombre, à l'égal d'une basse rock énergisant les suites plin.

Jig à haut débit

ADSX, un trio de jeunes pipers, vampe la scène en apportant la respiration attendue d'une suite écossaise aux ornementations millimétrées. De la jig à haut débit, dévalant les Highlands avec une sereine virtuosité. «Hep Brezhoneg. Arrabat komz diwar benn Breizh.» Sans langue bretonne, ne parlons plus de la Bretagne, chante enfin le penn sonneur Hervé le Floc'h, en troquant son chupenn pour les lunettes noires et le blouson de cuir du rockeur.


Un joli cadeau d'anniversaire à la BAS en forme d'ode à la langue bretonne, offert avec Hepken et ce Brezhoneg Raok, magistralement orchestré à la manière des bagadous par les musiciens bigoudens de Cap Caval.

Jean-Pierre Bénard

Chronique du 7e concert organisé par la Bodadeg ar sonerion Penn ar Bed, à l'occasion de son 40e anniversaire, le dimanche 21 novembre 2004 à l'espace Glenmor de Carhaix (Finistère).