Grand cirque automnal pour rockeurs Bretons

Les décibels transis de Basta


Samedi, à la nuit tombée et devant un public clairsemé, les rockeurs de Basta ont bravé la fraîcheur automnale de la soirée en déployant avec énergie, les fastes électriques d’un «Grand cirque» issu de leur dernier album, à l’occasion du premier concert rock organisé à Laz, une petite commune des Montagnes noires.

Sous l’armature symboli- que d’un auvent de fortune, leurs guitares électriques sont déjà percluses d’humide rosée automnale. Debouts devant leurs amplis, les rockeurs de Basta offrent pourtant, au public clairsemé et frileusement blotti contre la façade de l’ancienne école publique, une session de rattrapage ultra speed de 50 années de l’histoire du rock.

Un florilège perso entre Creedence Clearwater Revival, les Rita Mitsouko et une reprise énergique du «I got you Babe», de Sonny and Cher. Un foisonnant solo tout en nuances et ruptures de rythmes de Bern à la batterie, rejoint par les accords veloutés d’une guitare folk, explose enfin sous les effets travaillés de la guitare électrisée de Philippe Dez.


Les rockeurs de Basta ont présenté les compositions originales de leur album «Le Grand cirque», à l’occasion du premier concert rock organisé sur la commune de Laz, dans les Montagnes noires.

«Kamel Léon est un chameau breton», lance le chanteur Caza, avant de conclure, la voix et les décibels transis d’humidité, avec Business man et Les Mandolines surréalistes, deux autres titres tirés de leur CD.

Les saltimbanques du «Grand cirque» de Basta, guitares héros du premier concert rock jamais donné

dans les lieux, ont dû partager avec les D’js de «Korrils», un public volage de 200 spectateurs grignotant simultanément, au gré de ses appétits, le menu rock et techno sans doute un peu trop abondant de la soirée.

Jean-Pierre Bénard

Chronique du concert donné le 20 septembre 2003 à Laz (Finistère)