L’écrivain brestois a retrouvé ses lecteurs au café-librairie Mod-All

Hervé Bellec, mémoires au goût de beurre


Vendredi soir, au café librairie Mod-All, l’écrivain brestois Hervé Bellec a donné une lecture au coin du feu des bonnes feuilles de son livre : «Le beurre et l’argent du beurre.» L’occasion de renouer, de vive voix, avec la verve littéraire d’un auteur sensible à la mémoire du temps qui passe, et de goûter au récit d’une saga familiale liée à la civilisation d'un monde paysan aujourd’hui disparu.

«Le beurre et l’argent du beurre ? C’est parce que l’économie paysanne était fondée sur la vente du beurre. Il n’y avait que ça qui rapportait de l’argent», affirme, Hervé Bellec, l’écrivain brestois invité par le café-librairie Mod-All pour une lecture des bonnes feuilles de son livre : Le beurre et l’argent du beurre. «J’avais une grand-mère originaire du pays Pourlet. De son vivant, j’ai eu l’idée de collecter auprès d’elle ses souvenirs avec un magnétophone», raconte l’auteur, à peine débarqué d’une semaine d’enseignement de l’Histoire géographie dans un lycée de Brest.

Une saga familiale

De ces souvenirs-là, et de ce que le petit garçon parisien en vacances avait gardé d’émotions dans le cœur, Hervé Bellec a fait un livre à deux voix. «Celle de ma grand-mère néé en 1909 faisant le récit de sa vie de paysanne et celle du petit garçon découvrant la ferme de ses grands parents.»


Vendredi, au café-librairie Mod-All, l’écrivain Hervé Bellec a donné lecture des meilleures pages de son livre : «Le beurre et l’argent du beurre», à l’occasion de sa réédition chez Coop-Breizh. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


Une saga familiale avec des personnages hauts en couleurs, déclinée sur le mode humoristique cher à l’écrivain de Garce d’étoile. «Une façon pudique de raconter ce qu’on a dans le cœur», confie l’auteur, en s’interrogeant sur ce qui reste de la mémoire du temps qui passe. «Pourquoi se souvient-on d’une chose plutôt que d’une autre ?», se demande-t-il, à propos d’une mémoire humaine aussi peu fiable que celle d’un disque dur d’ordinateur.

Du portrait de Job Kerjean, son grand-père naguère écolier vite échappé de l’école primaire, Hervé Bellec tire une lecture au rythme quasi cinématographique


visiblement apprécié de ses lecteurs réunis au café Mod-All. «Tout ce que je décris dans le film, euh, dans mon roman, n’est pas forcément vrai», se justifie-t-il, en relevant aussitôt le lapsus, et en éclairant du même coup la portée de son projet d’écrivain : travailler les souvenirs et le style pour donner de la vivacité aux images.

Jean-Pierre Bénard

Chronique d'une lecture publique du livre Le beurre et l'argent du beurre, donnée par Hervé Bellec, son auteur, au café librairie Mod-All à Carhaix (Finistère).