Breton à la télé : le coup de gueule de Bernez Tangi

Le poète et chanteur spézetois vient de publier sur le Net, une chanson-tract pour protester contre le sort réservé au breton à la télé.

Pourquoi avoir écrit cette chanson en forme d’appel ?

C’est un peu en citoyen révolté que j’ai écrit Gwerz ar skinwell e Breizh (La Ballade de la télévision en Bretagne. NDLR). Parce qu’avec un simple tour d’horizon des différentes télés en Europe, on ne peut que constater la situation pitoyable réservée à la langue bretonne dans nos médias hexagonaux : 168 heures hebdomadaires pour le galicien ou le basque (Espagne) ; 35 heures pour le gaélique (Irlande) ou le gallois (Pays de Galles) ; 28 heures pour le corse et... 1 heure 30 seulement pour le breton sur France 3 et rien pour le gallo.

Que dit cette chanson en breton ?

Ma chanson est une manière de tract. Je ne l’ai pas du tout écrite dans une optique de carrière. Disons que c’est un peu un cri viscéral et non pas une chanson poétique. À travers cette gwerz, je dis qu’on nous oppose souvent l’argument financier. Alors qu’en fait, nous payons des impôts ici en Bretagne et qu’il est aussi normal que le retour se fasse pour les Bretons, en particulier pour le financement de programmes en langue bretonne dans les médias télévisés.


Bernez Tangi vient de publier Gwerz ar skinwell e Breizh, pour protester contre la place très réduite du breton à la télé (photo©Jean-Pierre Bénard).


Je dois dire en effet, qu’au départ, ce genre d’appel suscite souvent des réticences. Parce qu’il semble qu’en Bretagne, on s’apprête toujours à soulever des montagnes quand on parle de ce problème.

Cette gwerz protestataire semble avoir fait du reuz ?

Oui. J’ai eu beaucoup de retours positifs qui m’ont surpris. À la suite de la diffusion de ma chanson sur Internet, il y a eu une motion proposée par les conseillers régionaux UDB (Union démocratique bretonne. NDLR),


qui a été votée à l’unanimité de l’assemblée régionale (*). On peut l’entendre sur le site de l’ABP (Agence Bretagne Presse) et aussi sur YouTube et DailyMotion.

Recueilli par Jean-Pierre Bénard


(*) Vœu du groupe UDB : « Pour une télévision régionale publique ouverte aux langues de Bretagne », session plénière des 2, 3 et 4 février 2012.