Devant 300 spectateurs à l’espace Vauban

Le blues rock sensible de Beverly J. Scott


Mercredi, la chanteuse de blues américaine Beverly Jo Scott, entourée d’une formation musicale tout droit venue de Belgique, a donné un concert de belle mémoire. Entre reprises sensibles et compositions originales, elle a conquis une salle archi-comble réunie au Vauban, à l’invitation de l’association «Accords».

Elle se jette sur la scène en compagnie d’un trio de solides gaillards flamands et wallons mêlés, façon Blues Brothers bruxellois. «Lovely to be back here», lance Beverly Jo Scott, au public du Vauban en manque de blues. «C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane», murmure-t-elle, chemise peau de léopard sur les épaules et guitare acoustique en main, sur la mélodie évocatrice d’un Sud imaginaire autrefois rêvé par Nino Ferrer.

Entre les grandes mains de Paul Van Bruystegen, la guitare électrique fait des merveilles d’effets wah-wah et d’accords rock saturés. Tant pis pour le Sud. Le public, ravi, embarque dans le pick-up de la chanteuse pour un Tennessee tears, inspiré par les longues routes d’errance vagabonde, seulement rythmées par le battement des essuie-glaces balayant des larmes de pluie. Nights in white satin. Comme cette fille des Moody Blues qui chante les nuits de satin blanc, Berverly Jo Scott


Mercredi, au Vauban, Bervely Jo Scott, l’américaine, a donné un superbe concert entourée d’amis musiciens venus de sa Belgique d’adoption.


lance cette reprise extra d’un célèbrissime groupe anglais inspirateur de Léo Ferré.

Le coeur et la tendresse

Une montée d’accords hendrixienne plus tard, la tension musicale s’épaissit d’un rock âpre et sombre. «Chacun de nous se cogne contre les parois de chair de son corps», lance-t-elle à la manière désespérée de Janis Joplin, avant de tendre au public des brassées de p’tits coquelicots rouge sang déchirants, reprise arrache larmes de la chanson fétiche de Mouloudji.


Nourrie des racines dixie rock, soul et rythm' n blues de son Alabama natal, passant du boogie le plus râpeux aux balades acoustiques nostalgiques, Berverly Jo Scott a aussi le cœur, la tendresse et la sensibilité d’une grande chanteuse folk. Lovely to see you again.

Jean-Pierre Bénard

Chronique du concert donné en novembre 2003 à l'Espace Vauban de Brest