Théâtre : le parrainage tonique de Victor Haïm

La 16e édition du festival de théâtre de Carhaix aura marqué les esprits, avec les prestations scéniques des 200 jeunes comédiens centre-bretons et la franchise roborative de l’auteur Victor Haïm.

« L’expérience de la scène »

Quel est le point commun entre le tigre indonésien, le continent de plastique flottant au milieu de l’océan et la Pierre bleue de Saint-Goazec ? Aucun, en apparence. Mais les 200 jeunes écoliers des communes de Cléden-Poher, Coray, Lopérec ou encore Saint-Goazec et Trébrivan, eux, s’en souviendront certainement longtemps. « Se produire dans les conditions professionnelles offertes par l’espace Glenmor a été l’occasion pour les enfants, de faire l’expérience de la relation frontale entre scène et public », explique à ce sujet Pierre-Marie Quesseveur, l’initiateur de la 16e édition du festival de théâtre qui s’est achevée, dimanche 23 mai 2010, à l’espace Glenmor.

« Une aventure collective »

Du jeudi au vendredi, les 200 jeunes comédiens centre-bretons auront donné au total huit spectacles sous les projecteurs. « À l’issue d’un travail pédagogique mené en amont depuis Noël dernier avec les équipes enseignantes. Avec l’objectif de mettre en valeur les enfants et de les amener à apprécier le plaisir d’une aventure collective. » Une intention d’autant plus importante aux yeux de Pierre-Marie Quesseveur et des enseignants qui ont sollicité ses compétences pédagogiques, « que les enfants vivent aujourd’hui dans une société marquée par l’individualisme et le consumérisme ».

« Des spectacles de qualité »

Inspirées par les préoccupations environnemen- tales ou la curiosité des jeunes écoliers pour l’histoire locale, ces histoires de tigre, de plastique, de Pierre bleue ou de Vikings rodant dans les temps anciens entre Roche du feu, Menez-Hom et Saint-Michel-de-Brasparts, ont donné lieu à l’écriture d’autant de


L’auteur et comédien Victor Haïm a donné une belle démonstration de son talent, dimanche 23 mai 2010 à l’espace Glenmor, avec la lecture publique durant une heure de sa dernière pièce : Anicroche, solo identitaire. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


pièces de théâtre. « Les enfants s’en sont très bien tirés en interprétant sur la scène des spectacles de qualité », insiste l’animateur de théâtre. Mieux même. « Je leur ai donné la parole au sortir de leur prestation et ils ont pu exprimer de nombreuses questions pertinentes sur la technique du théâtre, le spectacle et leur propre trac. C’était assez magique et une très bonne surprise pour les enseignants et moi-même. »

Un parrain roboratif

Autre temps fort de cette 16e édition, la présence chaleureuse, attentionnée, mais sans complaisance de l’auteur de théâtre Victor Haïm. « Je ne vais pas vous complimentir », lâchait-il en effet abruptement aux comédiens de la compagnie du Puits Ferré d’Hennebont, venus jouer, vendredi 21 mai au soir, une pièce de Gérard Levoyer. Familier du direct qui fait mouche, le parrain roboratif de cette 16e édition distinguera aussi le talent de la compagnie Les Arts Masqués, « Un spectacle professionnel, joué par des amateurs ». Sans oublier celui de la comédienne amateure Valérie Garadedian, « Une actrice née », remarquée


dans Couples, une pièce de Susana Lastreto Prieto, présentée samedi 22 mai par la compagnie carhaisienne Faltazia.

Un concours de pièces en 2011

Une franchise d’autant mieux comprise par les comédiens présents, que Victor Haïm s’est livré lui-même à une belle prise de risque, dimanche matin, en donnant une lecture publique d’Anicroche, solo identitaire, sa dernière pièce, devant une soixantaine de spectateurs. « Il a créé l’émotion. C’était un très beau moment de théâtre. » Une rencontre si marquante que l’auteur et comédien pourrait bien revenir à Carhaix, l’an prochain, en président d’un jury d’écrivains et d’un concours de textes écrits pour le théâtre, à l’occasion de la 17e édition du festival.

Jean-Pierre Bénard