Le souffle berbère de Bnet Marrakech

Dimanche, à l’espace Glenmor, les divas de Marrakech ont chanté devant 200 spectateurs. Récit d’un voyage musical à la croisée des traditions berbères et arabes.


Elles arrivent du sud-marocain avec les chants berbères de leur tribu des Houara. Revêtues de leurs tuniques de fête, les 5 divas de Bnet Marrakech entonnent d’entrée de jeu un des nombreux chants populaires appris durant leur enfance. Nourrie de leurs 5 voix enchevêtrées, la beauté sans fioritures de cette première mélopée s’accompagne aussi du grondement des percussions de peaux, et du crissement lancinant du tubsil : une assiette de métal, frappée en rythme par les doigts cerclés des cymbalettes de Fatima Bakkou.

Un youyou strident lancé par Malika Mahjoubi, ponctue le dernier vers de la chanson. « Sukran ! », merci !, lance l’artiste en arabe, en saluant ainsi les premiers applaudissements du public centre-breton.

Esprit de fête nocturne

Quittant ses complices de scène un instant, Malika esquisse aussi un pas de danse en déployant les plis de sa tunique blanche. « Hassidin ! Hassidin ! », envieux !, envieux !, chante-t-elle en tendant son micro vers les spectateurs, dans une invite à reprendre en chœur le qualificatif un brin ironique.

Regard malicieux chaussé de lunettes et violon posé à la verticale sur son genou gauche, Aziza Ait Zouin lance maintenant


À cet emplacement figure une photo des Diaouled ar Menez sur la scène.

Les 5 divas de Bnet Marrakech ont chanté dimanche devant 200 spectateurs à l’espace Glenmor.


son archet pour un bref solo introductif. « Aziza compose des chansons et joue de beaucoup d’instruments : oud, violon, gabsa et quantité d’autres », racontent les membres du groupe à propos de leur chef de file musical. On regrettera toutefois qu’il ait manqué, dimanche, l’esprit de fête nocturne échevelée, grâce auquel le souffle berbère des chanteuses de Bnet Marrakech aurait pris toute sa dimension. « C’était prévu initialement avec la reconstitution d’un mariage sur le podium monté à cet effet », confie à ce sujet Daniel Thénadey, l’ex-chargé de production du Glenmor.


Venu saluer les artistes maghrébines invitées par ses soins et entouré d’Erik Marchand, Philippe Marlu et Éric Legret, Daniel Thénadey est aussi reparti, nanti de quelques feuillets de sa pétition de soutien sous le bras. « Avec une trentaine de signatures récoltées. »

Jean-Pierre Bénard

Chronique du concert des chanteuses berbères de Bnet Marrakech donné à Carhaix (Finistère), le dimanche 25 janvier 2009.


À cet emplacement figure une photo des chanteuses de Bnet Marrakech.

Les chanteuses de Bnet Marrakech utilisent des percussions de peaux (bendir et darbouka), et des percussions métalliques (tubsil).