Bowling : un million d'euro pour l’économie locale

Carhaix et le Poher n’oublieront pas de sitôt le tournage du film Bowling et son million d'euro de retombées économiques. Revue de détail avec Pascal Ralite, le directeur de production du film.

Pas de vacances pour les Carhaisiens. La tornade du Tour de France et des Vieilles Charrues à peine calmée, la capitale du Poher accueille ces jours-ci, les 60 à 90 membres de l’équipe du film Bowling durant près de huit semaines. « Nous avons transformé l’hôtel Noz Vad en véritable quartier général, en y installant nos bureaux pour le temps du tournage », sourit à ce sujet Pascal Ralite, le directeur de production.

L’hôtellerie et la restau- ration pèsent en effet d’un bon poids, dans le budget de toute production cinématographique d’importance. « C’est un des secteurs dans lequel nous injectons de l’argent en premier, insiste le directeur de production. Avec les nuitées d’hôtel, et les défraiements accordés aux techniciens pour se nourrir le soir dans les restaurants locaux, on peut estimer à 38 000 €, le montant investi dans l’hôtellerie carhaisienne à l’occasion du tournage. »

150 000 € de cachets

Deuxième poste budgétaire non négligeable : la figuration. « Le tournage de Bowling aura généré 1 800 cachets de figurants, dont 1 500 cachets pour le Centre-Bretagne et la région brestoise », indique Pascal Ralite en précisant par ailleurs les montants versés pour chacun. « Entre 70 € et 150 €, selon la prestation demandée. Au total, rappelle-t-il, ce sont près de 150 000 € de cachets nets qui auront été payés pour la figuration bretonne. »

Sans oublier les seconds rôles, embauchés sur plusieurs journées et confiés également à des acteurs de compléments locaux. « Comme le sous-préfet, le chauffeur de taxi ou le sonneur (*). Hormis les six rôles parisiens, explique aussi le directeur, tout le reste de la distribution et de la figuration aura été confié à des comédiens ou des figurants bretons. »

Des marques bretonnes à l’image

Autre élément du décor, celui des marques bretonnes


Pascal Ralite, le directeur de production du film Bowling (ici à gauche, lors du tournage à l’hôpital de Carhaix), estime à près d’un million d'euro, le montant des retombées économiques générées localement par le tournage du film. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


qui interviendront dans quelques-unes des scènes de Bowling. « Marie-Castille Mention-Schaar, la réalisatrice, a souhaité nouer des échanges économiques avec plusieurs d’entre-elles, et leur assurer une visibilité à l’image. » Les enseignes Breiz-Cola, Hénaff et Plancoët, devraient ainsi bénéficier du coup de projecteur donné sur le film Bowling, à l’occasion de sa sortie sur les écrans, prévue en mars 2012.

Des véhicules de location

Des retombées qui se déclinent également côté décors et transports. « Le bowling de Brest, et plusieurs autres maisons de la région, sont loués comme des décors. C’est une source de revenu supplémentaire pour leurs propriétaires. Par ailleurs, souligne le directeur, tous les véhicules du tournage sont des véhicules de location, loués à des sociétés locales pour près de 30 000 €. »

Près de 45 000 € de repas auront aussi été concoctés, à partir de produits achetés dans les commerces carhaisiens et brestois par Sylvain, le traiteur de l’équipe du film, et 10 000 € dépensés en six jours de tournage pour les repas des figurants brestois. « Au total, estime Pascal Ralite, c’est près de 900 000 € à un million d’€ de retombées qui profiteront à l’économie locale. Ce n’est pas négligeable. »


Des stagiaires choyés

Les jeunes stagiaires bretons au son, au script, à la mise en scène ou à la régie, du film Bowling, devraient également garder un bon souvenir de cette première expérience cinématographique. « Ils sont vraiment entrés dans l’équipe et ça se passe très bien avec eux, sourit Pascal Ralite. C’est pourquoi nous avons décidé de les payer bien au-delà du minimum requis de 417 €, en multipliant leur rémunération par trois. »

Jean-Pierre Bénard

(*) Rôle confié au sonneur centre-breton Georges Cadoudal.

(Reportage réalisé le 1/08/11).