Coop Breizh a soufflé ses 50 bougies

Un grand fest-noz avec les Diaouled ar Menez a clôt l'anniversaire de l'entreprise bretonne de diffusion culturelle, fêté par un millier de personnes.


« Degemer mat d’an holl e Speied », bienvenue à tous à Spézet, lance d’entrée de jeu et en langue bretonne, Jean-Pierre Vincent, le président de Coop Breizh, au moment de la célébration du 50e anniversaire de l’entreprise spézétoise. « Sans la vision des choses et l’imagination de Robert Le Grand, la Coop Breizh serait-elle devenue ce qu’elle est aujourd’hui ? », poursuit-il également à l’attention des 300 invités réunis samedi à Kerangwenn, en évoquant le travail militant mené à la fin des années cinquante. « Par ce père fondateur et d’autres membres de la confédération Kendalc'h des cercles celtiques, comme Yann Brekilien, Yann Sicard et Pierre Roy. »

Une action fédérée alors par la volonté commune de « Mieux faire connaître et aimer la richesse patrimoniale, littéraire, musicale et artistique de la Bretagne ». Depuis, l’entreprise de diffusion culturelle est elle-même devenue éditrice de livres et de disques, « Rassemblant une pléiade d’auteurs, de musiciens et d’artistes fidèles qui contribuent à la notoriété de Coop Breizh ». Louis Rouzic, le maire de Spézet, se souvient de son côté avec émotion de l’installation du diffuseur Breton sur sa commune. « Un projet voté le 9 novembre 1984 à l’unanimité des 19 conseillers. J’étais un tout jeune maire à l’époque et il m’a fallu apprendre à faire sur le tas », se remémore le premier élu. « Le spézétois est un peu fier et bougon à la fois. Mais toujours prêt à s’investir dès qu’il est question de culture bretonne »,


À cet emplacement figure une photo des Diaouled ar Menez sur la scène.

Le violon de Melaine Favennec et l’énergie des Diaouled ar Menez ont fait honneur au cinquantenaire de Coop Breizh. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


ajoute-t-il, en s’affirmant certain « Que la Coop Breizh est bien partie pour atteindre les 100 ans ».

Gavotte méphistophélique

Changement de décor avec le grand fest-noz du cinquantenaire organisé dans la salle omnisports. Sur la scène, Yann Goasdoué déboule avec sa bombarde et ses compères sonneurs d’Ar Re All. « On va vous faire une gavotte Pourlet », lance au micro l’ancien directeur de Coop Breizh. A l’accordéon chromatique, Robert Boucher soutient le rythme avec un joli swing. « C’est comme avec le Madison. Dès que je regarde les autres faire, je perds le pas ! », s’exclame de son côté Anne-Françoise, une fest-nozeuse d’Esquibien, fondue parmi 400 danseurs filant une gavotte des Montagnes.


Dans la brume rougeoyante des machines à fumée, les Diaouled ar Menez mènent maintenant le bal anniversaire aux frontières des cadences infernales. 35 ans de scène pour eux et pas une ride. Ça cartonne d’entrée avec le gros son d’une gavotte méphistophélique, à faire fondre le mur d’enceinte piloté par Dédé, l’ingénieur son de tous les festoù-noz du Kreiz-Breizh. Plus tard dans la nuit, le souffle de Pascal Lamour fait vibrer un biniou-kozh au bord de la transe. L’anche infatigable de l’électro shaman Vannetais stupéfie un spectateur scotché à l’avant-scène. « Quelle sonorité ! », lâche-t-il admiratif.

Jean-Pierre Bénard

Chronique de l'anniversaire des 50 ans de Coop Breizh donné à Spézet (Finistère), le samedi 29 septembre 2007.


À cet emplacement figure une photo de Roland Conq à la guitare et Ronan Pinc au violon.

Les chanteurs Puillandre et Stervinou ont aussi mené le bal avec leurs suites kan-ha-diskan de gavottes des Montagnes. (Photo©Jean-Pierre Bénard).