Les extraits d'articles de presse ci-après sont reproduits au titre du droit de citation. Les supports et auteurs sont crédités. Merci à eux tous.


PLOUF!

Voici le disque pas triste issu du très sérieux travail de recherche de deux passionnées dans le répertoire de la musique traditionnelle de chez nous; mais aussi de la Louisiane et de Haïti (...)

Le marmot comme le grabataire peuvent trouver à boire, à manger et à fredonner là-dessus: ce sont des airs sans âge que ces Crapaudes proposent. Leur riche collecte a en effet sorti du fin fond des mémoires bon nombre de chansons (...): mentionnons celles qui s'imposent à la première écoute: l'édifiante “Mort qu'en vie”, histoire d'une femme pas mécontente du trépas de l'époux, ou l'égrillarde “Les Totons de bois” (les trottoirs de bois), avec ses implants mammaires gossés dans le bois d'arbre, ou encore la rigolote suite "coquines et cocus" (Le Premier Soir des noces/La Chicanette à tous les jours), et surtout, surtout, la belle et tragique ballade "à l'abri d'une olive". Des merveilles. II y en a neuf autres, de même bon tissu.

Quelque part entre Michel Faubert (pour le travail.de terrain, jusque chez les novices du Petit Cap Tourmente) et les McGarrigle (pour les entrelacs de délicates voix), ce premier disque des Crapaudes allie idéalement talent et bagage de l’une et l'autre batraciennes: de Danielle Martineau, on retrouve le timbre doux, I'accordéon harmonieux et les relents louisianais du temps de ses groupes Joséphine et Rockabayou (là créole “Danser Kalinda”, Le “Zik à zak”); de Lisan Hubert surnommée la “morue bleue” (rapport au métissage entre Madelinot et bleuet du Saguenay) on découvre un timbre tout aussi doux, ainsi qu'une sacrée glaneuse de rengaines d'antan et une redoutable raconteuse.

(...) on comprend qu’on a là un disque infiniment agréable.

Sylvain Cormier. La vitrine du disque. 22 avril 2001

La suite de la revue de presse... Page suivante