La vieille halle sous le charme de son swing volubile

Le jazz teinté d'humour du Daniel Huck Quartet


Jeudi soir, la halle St François accueillait un premier concert de jazz avec le Daniel Huck Quartet. Une belle occasion, pour les amateurs, d’entendre un des saxophonistes du jazz français des plus talentueux revisiter, avec la volubilité et l’humour qui le caractérise, les standards d’une musique qui a aussi son public à Quimper.

Jeudi soir, Daniel Huck donnait un concert à la Halle St François, en compagnie d’un trio de musiciens de jazz, bien connus de la scène finistérienne : Gérard Macé à la batterie, Jacquy Thomas à la basse et le pianiste Jacky Bouilliol, à la veille de fêter ses quarante ans de jazz au Vauban à Brest. D’entrée de jeu, les musiciens plantaient le décor en plaçant la soirée sous les auspices des plus grands maîtres du genre. Satin Doll,un thème de Duke Ellington ou No problem d’Horace Silver voisinaient avec Do it the hard way, une des mélodies favorites du trompettiste Chet Baker et Nardis, un morceau de Miles Davis.

Une leçon de jazz

Dans la salle, un public d’amateurs, ravis de partager la belle complicité des musiciens, manifestait son plaisir en applaudissant chaque chorus. «Notre répertoire est constitué d’un bon millier de thèmes. Et nous en avons en commun près de cinq cent chacun», explique Daniel Huck pour justifier de cette complicité harmonieuse avec ses co-interprètes.


Daniel Huck, chemine avec constance sur les chemins de traverse du jazz.


Adoubé par le saxophoniste américain Dexter Gordon, au cours d’une leçon de jazz impromptue reçue au Jazzland, en septembre 1966 à Paris, Daniel Huck a, depuis, rendu la leçon au centuple en empruntant en tous sens les chemins de traverse du jazz.

Il est aussi volubile sur la scène, lorsqu’il embouche ses saxophones, qu’il est intarissable dans la coulisse pour rapporter quantité d’anecdotes sur l’histoire du jazz.


September song et Summertime concluront, par un ultime rappel solo, un concert marqué du meilleur des jazz, rehaussé de quelques incursions remarquées dans le scat.

Jean-Pierre Bénard

Chronique du concert donné par le «Daniel Huck Quartet», le 8 novembre 2001 à Quimper (Finistère).