Le festival Dre ar Wenojenn fait escale à l'espace Glenmor

Le collectif Norkst bouscule la tonalité


Imaginée par le chanteur et musicien Erik Marchand, la Kreiz Breizh Akademi fait parler d’elle depuis un an déjà. Sous sa direction, et avec le concours du festival Dre ar Wenojenn, seize jeunes musiciens et chanteurs ont exploré pendant tout ce temps, les subtilités modales des musiques traditionnelles européennes et bretonnes. Dimanche, le public carhaisien pourra enfin découvrir avec «Norkst», la première orchestrale issue du travail de cette académie de musique populaire d’un genre nouveau.

«La Kreiz Breizh Aka- demi, c’est bien évidemment un clin d’œil en direction d’autres productions moins culturelles et moins péda- gogiques», explique Erik Marchand, l’instigateur de ce collectif rassemblant depuis une année, seize jeunes musiciens venus frotter leurs archets et faire vibrer leurs anches au contact des musiques du monde. «Avec Thierry Robin, grand spécialiste des musiques fla- menco et gitane et Ross Daly, un irlandais devenu l’un des plus grands joueurs de lyra en Crête.»

Une proximité savante destinée à ouvrir les oreilles des membres de la Kreiz Brezh Akademi vers les horizons des musiques modales par trop ignorés d’eux. «Pour mieux respecter et interpréter les échelles propres à la musique bretonne qui est la leur», ajoute,


Dimanche, à l’espace Glenmor, la Kreiz Breizh Akademi présentera avec Norkst, la première orchestrale d’un travail de retour aux sources modales de la musique bretonne.


également, l’inventeur de cette académie de musique populaire d’un genre studieux. Néanmoins, loin de s’endormir sur ses deux oreilles, la musique de Norkst devrait éviter les pièges d’une interprétation purement acadé- mique justement. Et renouer avec une musique modale bretonne encore pratiquée sous ses formes locales, comme le kan-ha-diskan, l’interprétation des gwerzioù ou les sonneurs de couple biniou bombarde.

«Hasan Yarim Dunia et Tamer Girnataci, deux grands improvisateurs tziganes des musiques des Balkans et de Turquie, auront enseigné aux stagiaires les principes de l’improvisation modale à la base de ces musiques popu- laires.»


Un passage obligé, selon Erik Marchand, pour permettre aux musiciens de Norkst de bousculer la tonalité occidentale. Afin de faire découvrir au public Centre Breton les sources modales de la musique bretonne, magnifiées par le grand ensemble orchestral de la Kreiz Breizh Akademi.

Jean-Pierre Bénard

Chronique d'annonce du concert de Norkst, l'ensemble orchestral de la Kreiz Breizh Aka- demi, donné à l'espace Glenmor, le dimanche 20 novembre 2005 (Finistère).