Le théâtre amateur en route pour le Masque d’or

Les Bonnets Rouges accueillaient samedi et dimanche à Kergloff, le meilleur des compagnies théâtrales de l’Ouest venues briguer la plus haute distinction de la FNCTA.

Ils sont venus et ils sont tous là. Ou presque. «La comédienne principale de La descente d’Orphée est malheureusement victime d’un lumbago», annonce d’entrée de jeu avec une mine désolée, Pierre-Marie Quesseveur, l’organisateur de la sélection régionale du Masque d’or accueillie à Kergloff. Pas de craintes, néanmoins, pour la centaine de spectateurs venus goûter le jeu des comédiens amateurs dans la salle des Bonnets Rouges. «Le Théâtre de l’If sera tout de même sur scène cet après-midi avec Le vent des peupliers, un spectacle présenté hors compétition.»

Dans la coulisse, du côté du jury de professionnels, on fourbit les critères d’évaluations et on rappelle les règles. «Il y aura une dizaine de sélections comme celle-ci à l’échelle nationale d’ici juin 2007. Avec l’obligation de présenter un spectacle comprenant au moins 5 comédiens, afin de préserver un esprit de troupe théâtrale», confie à ce sujet Guy-Michel Carbou, le président délégué de la FNCTA (Fédération nationale des compagnies de théâtre et d’animation). Une fédération visiblement soucieuse de redonner également leurs lettres de noblesse aux pratiques artistiques amateures. «C’est pourquoi nous avons décidé récemment de réintroduire le mot amateur, dans le « A » final de notre sigle», insiste-t-il à ce propos.

«J’ai les cornes qui me poussent sur la tête. Il n’existe donc pas de verrou pour le ventre des femmes ?» Sur la scène, le roi Léontès se lamente, fou de jalousie. Dans la salle de ce samedi soir, le public rit de bon cœur aux répliques de comédie


À cet emplacement figure une photo des comédiens en scène pour La Promise, la pièce de Xavier Durringer.

Conte d’hiver, la création présentée samedi soir par les comédiens amateurs de Boréale’s, a vivement impressionné le cœur du public des Bonnets Rouges. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


imaginées par Shakespeare avec son Conte d’hiver. «C’est assez emballant», note un spectateur enthousiaste. Sous ses yeux impressionnés une ribambelle de personnages aux faciès tartinés de blanc, aux gestes stylisés et aux costumes fleuris se démène.

Porté par la grâce

La troupe prodigue sans complexes de somptueuses images théâtrales inspirées des tirades du dramaturge anglais. Le décor change à vue. Les comédiens surgissent de leurs boîtes, à la façon de marionnettes agitées par les fils de la destinée. C’est vif, porté par la grâce et visiblement bien rôdé. «On l’a déjà joué une quinzaine de fois au terme de 3 ans de travail», confie avec un sourire au sortir de la scène, Brigitte, une des comédiennes de la compagnie Boréale’s, venue de Chartres-de-Bretagne.


Le théâtre amateur de l’Ouest ira-t-il pour autant en finale du Masque d’or à Aix-les-Bains, en novembre prochain ? Le jury donnera son verdict fin juin. Le suspense demeure et la trentaine de comédiens amateurs en compétition a quitté Kergloff, dimanche soir, incertaine sur son sort. Des passionnés de théâtre assurés, néanmoins, d’avoir gagné le cœur des 400 spectateurs rencontrés samedi et dimanche aux Bonnets Rouges. Sur la route du Masque d’or ?

Jean-Pierre Bénard

Article sur la sélection régionale de l'Ouest du Masque d'or de la FNCTA, organisée les 10 et 11 février 2007 à Kergloff (Finistère).


À cet emplacement figure une photo des comédiens de Boréale's avec leur spectacle Conte d'hiver.

Les comédiens de Conte d'hiver, un spectacle inspiré d'une comédie de William Shakespeare et mis en scène par Odile L'Hermitte. (Photo©Jean-Pierre Bénard).