Deux auteurs finistériens publient un livre d’entretien avec les deux chanteurs

Sur la route avec Miossec et Cali


Yves Colin et Grégoire Laville, deux jeunes auteurs finistériens, viennent de mettre le dernier trait de plume à un ouvrage d’entre- tiens avec les chanteurs Bruno Caliciuri et Christophe Miossec. En compagnie de Claude Gassian, un des grands photographes de la scène rock, ils ont taillé la route de Ouessant à Perpignan, en passant par la scène bruxelloise. Une singulière équipée entre des journalistes, un photographe de renom et deux chanteurs, désormais liés par une amitié sortie renforcée de l’aven- ture.

Ils ont affiné ensemble leur patte de journaliste sur les bancs de l’IUT de Lannion. Yves Colin et Grégoire Laville reviennent d’une année de pérégrinations sur les traces de Bruno Caliciuri et de Christophe Miossec. «J’ai eu la chance de faire la première partie de Cali, en avril 2004 au Bacardi à Callac», confie Yves Colin, chanteur rock à ses heures et coauteur du livre «Cali Miossec», en préparation aux éditions Le Bord de l’eau. «C’est un super souvenir. Greg était présent, et c’est de là que tout est parti.»

Avec un projet d’article pour Le Point, et déjà l’idée du bouquin en tête, Grégoire Laville retrouve le chanteur Cali en juin 2004, au Bataclan, à Paris. «Nous savions qu’il y avait des liens entre les deux artistes. Mais ce concert parisien a été, à ma grande surprise, leur première occasion de se produire ensemble sur scène», explique, le jeune journaliste.


Yves Colin et Grégoire Laville ont taillé la route avec les chanteurs Miossec et Cali, entre Ouessant, Perpignan et Bruxelles, avant d’en tirer un livre publié en mars 2006. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


«Pour Cali, sans Christophe Miossec, il ne serait pas là. Quand à Miossec, il dit de Bruno Caliciuri qu’il est un de ceux qui ont l’avenir le plus prometteur», précise, Yves Colin, par ailleurs responsable de la communication aux Vieilles Charrues.

«Festival de blagues et de cris»

Encore éblouis par le souvenir des grandes virées vécues dans l’intimité des deux chanteurs, Yves Colin et Grégoire Laville n’oublieront pas de sitôt, semble-t-il, ce mélange inusité entre fête et quête journalistique. «Des ambiances hors du commun, comme à Ouessant avec Dédé La Fleur et Fifi la Boulange, les potes ouessantins de Miossec.» Des figures locales aux patronymes


de héros de polar, passés maîtres dans la culture de l’amitié forte en gueule. «Un vrai festival de blagues et de cris», se souviennent-ils. De quoi nourrir son goût des autres au fil des heures d’enregistrement, et fourbir la patte des deux auteurs en herbe. «Dix heures d’entretiens à décrypter, parallèlement au travail d’écriture mené de janvier à novembre 2005», souligne, de son côté, Grégoire Laville. Au final, un livre en trois volets enrichis de papiers d’ambiances rehaussés par l’œil du photographe Claude Gassian. «C’est quand même génial d’avoir pu mener ce projet avec quelqu’un de sa qualité», s’exclame Yves Colin, par ailleurs neveu de cet ancien guitariste devenu virtuose du 35 mm. «Cette expérience lui a plu. Ça l’a changé des rapports habituels avec les artistes.»

Claude Gassian, le grand photographe de la scène rock, a mis en images cette errance dans les endroits chers à Cali et Miossec, pour en traquer les ambiances et les trésors d’amitié.

Sous le feu des médias

Photos et manuscrit sont désormais en cours de maquettage entre les mains de l’éditeur bordelais. «Pour les commerciaux, ce sera le bouquin phare. Ils ont l’air optimistes», expliquent-ils, à propos de cette maison d’édition propulsée sous le feu des médias avec la publication de «L’Expérience des limites», un livre d’entretien avec Bertrand Cantat.

Quoi qu’il en soit, Yves Colin et Grégoire Laville sont maintenant impatients de rencontrer les lecteurs avec la sortie annoncée du livre en mars prochain. «Pour terminer cette belle aventure dans le récit de laquelle nous espérons qu’on reconnaîtra notre patte.»

Jean-Pierre Bénard

Pratique : «Cali Miossec, rencontres au fil de l’autre», aux éditions Le Bord de l’eau, en mars 2006. 168 pages. 19 €.