Mister Alone fourbit sa guitare solitaire au Glenmor

Le jeune artiste centre-breton peaufine son style au Glenmor avant de remettre le son, le 13 mars 2009, avec le festival printanier des Vieilles Charrues.

Il avoue aimer Tchaïkovsky et le heavy métal joué par les violoncelles du groupe Apocalyptica. « Mais ce que j’essaie surtout de faire, c’est de ne pas me raccrocher à des schémas connus », confie Mister Alone, alias Mattéo, un jeune guitariste centre-breton adepte résolu du riff scénique solitaire. « C’est mon choix. C’est ce qui me botte le plus. »

Un cheminement musical original qui a titillé l’oreille de Jean-Jacques Toux, lors de la finale du Kreiz-Breizh des Jeunes Charrues en concert, l’an dernier. « On a eu un vrai coup de cœur par rapport au projet artistique de Mattéo », indique sans ambages le programmateur des Vieilles Charrues. Un coup de cœur partagé depuis par Musiques et danses en Finistère et le Claj, à Carhaix. « Quand Mattéo nous a confié vouloir prendre une ou deux années de sa vie pour s’impliquer dans la musique, on s’est dit qu’on allait l’aider », indique à son tour Gwenn Quémener, animateur du Claj et coordonnateur des 3 journées de préproduction, organisées au Glenmor depuis lundi dernier.

Un aéropage de supporteurs

« Je n’ai jamais été aussi entouré qu’en ce moment », sourit le jeune artiste plutôt ravi de voir son bric-à-brac musical et scénique, remis entre les mains expertes du guitariste Cédric


Mister Alone a bénéficié d’un accompagnement artistique de 3 jours à l’espace Glenmor, en février 2009, et du soutien d’une équipe de professionnels du spectacle, organisée par le Claj, les Vieilles Charrues et Musiques et danses en Finistère.


Monjour, de l’ingénieur du son Jacques Simon, d’Olivier Akik aux lumières et du comédien Alain Meneust. « J’essaie de faire vivre son personnage de Mister Alone, avec un travail de pédagogie théâtrale respectueux de l’univers de Mattéo », explique ce dernier avec modestie. « Il a déjà fait de la scène et en comprend le langage », renchérit Cédric de son côté.

« Un guitariste psychotique »

Un soutien artistique visiblement apprécié du jeune musicien. « Les morceaux ne bougent pas vraiment. Je suis un autodidacte et les conseils


de Cédric sont les bienvenus, pour améliorer certains de mes automatismes qui ne sont pas toujours les meilleurs. » En attendant, lors de la soirée des Vieilles Charrues remettent le son du 13 mars, Mister Alone devrait en bluffer plus d’un avec son décor minimaliste d’hôpital psychiatrique et son personnage fantasque. « C’est un guitariste psychotique, persuadé qu’il est le meilleur chef d’orchestre du monde et qui voit les spectateurs comme des musiciens qu’il veut faire rentrer dans sa bulle. »

Jean-Pierre Bénard