Monsieur Mouch fait salle comble au café-librairie Mod-All

Les histoires délirantes d’un conteur bio


Samedi soir, Monsieur Mouch, un conteur venu de Nantes, était l’invité de Laure Boussard et du café-librairie Mod-All. Déjà aperçu sur le marché du Kreiz-Breizh, en juillet dernier, l’artiste est revenu dans la capitale du Poher avec une musette pleine d’histoires délirantes, à base de patates philosophales et de tomates bio goûteuses et tachetées.

«Les histoires c’est un peu comme les tomates. Il y a les belles sans saveur et puis celles qui sont tâchetées mais avec du goût parce qu’elles sont bio», lance Monsieur Mouch, adepte du conte philosophique bref mais savou- reux, au public du café-librairie Mod-All. «Mes histoires parlent des grands sujets : la vie, l’amour, et la mort. Mais racontés brièvement, à la manière d’un haïku censé exprimer une idée philosophique en peu de mots», confie l’artiste, amateur de petites histoires mitonnées à feu vif.

Patates philosophiques

Comme cette réunion de patates philosophant sur une vie de légume au fond d’une marmite en ébullition. «Nous allons finir en purée !», s’écrie l’une d’elles, réalisant, mais un peu tard, que «tant va la pomme de terre à à l’eau qu'à la fin elle s'effrite.»


Samedi soir, au café-librairie Mod-All, Monsieur Mouch a délivré des histoires courtes mais goûteuses comme des tomates tâchetées qui seraient douées d’humour et d’ironie. (Photo©Jean-Pierre Bénard).

«Je suis l’auteur des histoires que je raconte, mais je ne suis pas un conteur traditionnel», prend-il soin de préciser, en avouant, par ailleurs, sa vocation tardive de raconteur d’histoires. «Au terme d’études compliquées, menées jusqu’au bout tout en me laissant le temps de réfléchir à ce que j’allais bien pouvoir faire.»

Passant du coq à l’âne, et d’un renard boulottant des champignons vénéneux à la reine des abeilles corréziennes, Monsieur Mouch veille particu- lièrement, néanmoins, à cultiver la crédulité de son public.

«Les conteurs, c’est comme les chanteurs. On a parfois des problèmes de voix montant dans les aigus. Au bout d’un moment, si on essaye de faire l’ogre, on n’est plus crédible», affirme-t-il, ironiquement, en rappelant fort justement, à propos du prince transi d’amour mais incapable de conquérir la Belle alors que le temps file : «Il était une fois mais pas deux.»

Jean-Pierre Bénard

Chronique du spectacle de contes d'auteur de Monsieur Mouch donné le samedi 15 octobre 2005 au café librairie Mod-All à Carhaix (Finistère).