La musique couleurs du monde de N’Diale

Les Bretons du Jacky Molard Quartet et les Maliens de Foune Diarra Trio ont donné un superbe concert, le 8 mai 2010 au Glenmor.

D’entrée de jeu, la jig irlandaise lancée par le violon de Jacky Molard plante le décor. Sur la scène du Glenmor, les cordes frottées explosent en notes colorées, nourries d’une rythmique tricotée sur des chemins de brousse par le saxo de Yannick Jory, la contrebasse d’Hélène Labarrière ou l’accordéon de Janick Martin et les percussions d’Alhassane Sissoko.

Au centre, sourire radieux et voix lumineuse, la chanteuse Foune Diarra habille la mélodie celtique de couleurs africaines. « Quand ils démarrent, confie le violoniste breton à propos des musiciens du Foune Diarra Trio, on a déjà un univers extrêmement riche avec trois ou quatre rythmes, sur lesquels on essaye alors de poser nos mélodies. »

Une alchimie réussie

Un défi relevé samedi soir avec brio par les sept musiciens bretons et maliens au travers de N’Diale (le partage, en langue bambara), leur œuvre commune tout juste publiée en album par le label Innacor. En quelques mesures, les deux musiques venues pourtant de climats contraires fusionnent sans anicroches dans le chaudron de Bamako, mâtiné d’embruns armoricains. « On se considère comme des Bretons et eux, on


Les musiciens du Jacky Molard Quartet et du Foune Diarra Trio ont clos samedi, la saison du Plancher au Glenmor devant 200 spectateurs.


les voit maintenant comme des Maliens », s’exclament à ce propos les musiciens de Foune Diarra.

Et, à l’écoute de Charlie’s welcome, titre inspiré par le piper irlandais Seamus Ennis, on se dit que cette alchimie réussie entre jig celtique et rythmes foisonnants de l’Ouest africain pourrait bien devenir un classique du genre. D’ailleurs, les 200 spectateurs du Glenmor ne s’y trompent pas qui saluent, chaleureusement, la superbe musique aux couleurs du monde entendue samedi soir.


Une corde africaine

On connaissait l’appétit de voyages du violon de Jacky Molard et ses nombreuses incursions dans les musiques bretonnes, irlandaises et balkaniques. Avec N’Diale et les musiciens du Foune Diarra Trio, le violoniste aux cordes métissées parle désormais le bambara et vient d’ajouter une énième et magnifique corde africaine à son archet.

Jean-Pierre Bénard


Chronique du concert du Jacky Molard Quartet et du Foune Diarra Trio, produit par Le Plancher et donné à l'espace Glenmor, à Carhaix (Finistère), samedi 8 mai 2010.