photo du groupe ni sarpe ni branche. photo et graphisme de dana whittle

Photo et graphisme : Dana Whittle

NI SARPE NI BRANCHE est le trio populaire de Simon Riopel, Éric Beaudry et Claude Méthé, tous trois résidants de la riche région musicale de Lanaudière, au Québec, située au nord-est de Montréal. Simon et Éric sont natifs de cette région et Claude s'y est établi en 1997 afin d'être plus proche de cette scène vibrante de la musique traditionnelle québécoise. Avec la venue de Claude, le trio représente deux générations de musiciens traditionnels qui jouissent d'une réputation bien méritée dans le monde « folk » traditionnel québécois. Possédant une sonorité authentique mais aussi raffinée, Ni Sarpe apporte à son public des airs de violon qui brillent, polis par des accords de guitare originaux, le rythme insistant des pieds et des chansons enjouées provenant d'un répertoire régional. Le trio, initialement fondé comme duo en 1994 par Riopel et Beaudry, reçoit régulièrement des rappels et des ovations sur scène au Québec et en Nouvelle-Angleterre.

Ni Sarpe s'est déjà produit dans des événements importants tels que: les Francofolies de Montréal; le Festival Mémoire et Racines, Joliette, Québec; à Radio Canada pour l'émission Musiques en Mémoire et au Festival celtique/français « New World » à Randolph, Vermont. Le groupe a lancé son premier album « Ni Sarpe Ni Branche » en 1995 (maintenant épuisé) ; un deuxième sera achevé pour la fin de l'année 1999.

Simon Riopel (violon, voix) est le « fils du fils du violoneux », porteur d'une passion familiale. À l'âge de dix ans, il commence à jouer le violon, et son talent de chanteur et d'instrumentiste évolue rapidement. Beaucoup des chansons de son répertoire proviennent de son oncle Samuel Riopel qui joue un grand rôle dans son développement de chanteur traditionnel. Simon est aussi l'auteur de nombreux airs de violon et la mélange de son héritage familial et de ses habilités naturelles apporte une ambiance émouvante dans sa musique.

Sa vivacité et son éloquence originale nous font vivre des moments incontestablement endiablés où on est transporté par l'esprit et le coeur dans un univers de bonne humeur. Bien que son espièglerie le cache, Simon est père d'un garçon. A l'approche de ses deux ans, son fils a déjà fait ses débuts à la gigue accompagné au violon par son fier papa !

Éric Beaudry (guitare, voix, mandoline, bouzouki, pieds, flûte), est un instrumentiste et chanteur versatile, mais il est peut-être mieux connu comme membre fondateur, guitariste, chanteur et tappeur de pieds du groupe « La Galvaude », formé en 1992 avec d'autres jeunes Lanaudois. Après avoir complété son baccalauréat en musique à l'université de Trois-Rivières et gradué du cegep de Joliette en musique, Éric s'est installé de bonne heure sur la scène folk et traditionnelle lanaudoise.

Comme Simon, il est né d'une famille pour laquelle chanter et jouer était aussi primordial que respirer. Ils ont souvent passé des soirées pendant les longs hivers québécois autour du poêle à bois, entourés d'amis, de voisins et de belle musique chantée et jouée par des gens doués d'un talent authentique, mais peu connus hors de chez eux.

Fils d'un chansonnier (Denis Beaudry), Éric a commencé à jouer et à chanter à l'âge de dix ans, composant des airs et des chansons qui laissent voir une influence moderne tout en gardant bien une sonorité proche de ses racines.

Son talent aux cordes, qu'elles soient à la guitare ou bien à la mandoline, fait un « fond » unique pour le trio, et sa voix, toujours riche et fidèle, reste une de leurs marques de commerce. Avec Simon, Éric s'est aussi produit en spectacle et sur disque avec plusieurs artistes talentueux de Lanaudière, entre autres, l'album acclamé « OJNAB : Le Messager » de Jean-Paul Loyer.

Claude Méthé (violon, voix, guitare) roule sa bosse depuis plus de vingt ans dans le monde de la musique traditionnelle québécoise. Violoneux autodidacte, il s'inspire dans son jeu d'un style observé en particulier dans la région de Lotbinière, près du fleuve St-Laurent où il a vécu pendant dix-huit ans.

Avant de rejoindre Ni Sarpe en 1998, Claude a été membre de plusieurs formations musicales dont le presque légendaire Rêve du Diable qu'il a fondée en 1974 avec Gervais Lessard. Ce groupe fut le déclencheur d'une redécouverte des traditions musicales québécoises chez une génération de plus en plus urbaine de jeunes québécois. Outre Le Rêve du Diable (gagnant d'un Félix pour le meilleur disque de musique traditionnelle en 1983), Claude Méthé a joué avec Joséphine (aux côtés de Danielle Martineau), Manigance (Québec) et Jeter le Pont (Vermont) autant au Canada, en Europe qu'aux États-Unis. Il continue à jouer de temps en temps avec sa femme Dana Whittle dans leur duo Dent-de-Lion.

Ses interprétations apparaissent sur au moins une douzaine d'enregistrements dont la trame sonore du film CRAC (réalisé par Frédéric Back et récipiendaire d'un Oscar à Hollywood). Claude a recueilli au fil des ans et des veillées un répertoire impressionnant de chansons traditionnelles provenant des quatre coins du Canada-Français, mais principalement du Québec et de l'Acadie.

Claude bénéficie aussi d'un héritage musical sous la forme du répertoire de son mentor et cher ami pendant vingt ans, le violoneux Aimé Gagnon de Lotbinière, décédé en 1997.