Il s'est produit au Vauban avec le Firesweep Blues Band

Le blues surchauffé de Mister Boogie Woogie


Eric-Jan Overbeek alias Mister Boogie Woogie, aime le blues mitonné dans les meilleurs pots étatsuniens, entre Chicago et Louisiane des Bayous. Une recette au goût de boogie woogie énergique servie généreusement, jeudi soir, au public de l'association Accords-MJC pendant plus de deux heures de concert. Une formidable leçon de piano donnée sous les ors de la salle mythique du Vauban, avec la complicité du Firesweep Blues Band.

Il arrive du Plat-Pays. A peine calé sur une caisse en bois, Eric-Jan Overbeek, alias Mister Boogie Woogie, envoie déjà valser frénétiquement ses dix doigts sur le clavier ivoire de son mini piano à queue. «I am a country boy !», lance-t-il, en empoignant énergiquement le micro avec cette reprise du Honky Tonky Train Blues de Meade Lux Lewis, daté de 1927. Chapeau noir vissé sur la tête, enchaînant les standards du répertoire boogie, les rock'n rolls convulsifs et les balades bluesy, le pianiste n'hésite pas non plus à plonger dans les aigus à la pointe du talon.

«Ça va ?», demande-t-il, en français, à un public au souffle déjà coupé par une avalanche de notes roulant à perdre haleine entre Chicago, Bâton-Rouge et Tucson, Arizona. A la batterie, Ab Dekker, son compère admiratif du Firesweep Blues Band, ne perd pas une miette des acrobaties virtuoses


Jeudi, la puissance du blues d'Eric-Jan Overbeek, alias Mister Boogie Woogie, a médusé les 150 spectateurs du Vauban et de l'association Accords-MJC.


du pianiste hollandais. «The king of the boogie-woogie !», s'enthousiasme-t-il, même, à l'adresse d'un public médusé, désormais convaincu d'avoir sous les yeux le roi du boogie-woogie sur la scène du Vauban.

Clavier en surchauffe

Tombé dans la marmite à 14 ans en écoutant Swanee River Hop de Fats Domino, Eric-Jan Overbeek prend aussi un malin plaisir à truffer ses chorus de brèves citations empruntées au classique ou à la variété. «I wish I had me one million dollars to call my own», chante-t-il, en posant sa voix sur


les harmonies d'un clavier en surchauffe avec Junco partner. Soutenu par la basse toute en discrétion féminine de Monique De Jonc, sa compagne à la ville, Eric-Jan Overbeek fait rouler sous ses doigts un blues puissant, nourri d'une formidable énergie et d'une passion sans fin pour la musique héritée de Ray Charles et de B.B King.

Jean-Pierre Bénard

Chronique du concert de blues donné par Eric-Jan Overbeek, alias Mister Boogie Woogie, le jeudi 19 janvier 2006 au Vauban, à Brest (Finistère).