L’humour pétaradant de Régis Mailhot au Glenmor

L’humoriste a aligné bons mots, vacheries et rosseries tous azimuts, devant un public de 350 spectateurs à Carhaix .

Micro de scène en joue, il déboule sur le plateau du Glenmor et ça dézingue illico. « Aux USA, ils ont hérité d’un grand noir à la Maison Blanche (un bref silence). Et nous... d’un p’tit blanc au Cap-Nègre ! (rires du public) »

Précédé par sa notoriété acquise au micro du Fou du roi, sur France Inter, Régis Mailhot joue de son espièglerie naturelle et déballe un sac à malices apparemment inépuisable. « J’fais des imitations... Bernard Kouchner. Ça vous dirait ? », balance-t-il soudain avec un air de naïveté feinte. « Mais j’vais pas vous l’faire ce soir », ajoute-t-il aussitôt avant l’estocade finale : « Je ne voudrais pas froisser ma veste en la retournant ! »

Aux antipodes du rap bling-bling

La salle se marre, des spectateurs applaudissent la pique. Avec Régis Mailhot, c’est 14 juillet. Les vannes fusent, ça pétarade et chacun en prend pour son grade. « La France, c'est quand même le plus beau


Régis Mailhot, samedi au Glenmor : « Repousser l’âge de la retraite ? Pas pour les dentistes quand même ! Parce que te faire soigner les dents par un type qu’en a plus. Tu hésites ! » (Photo©Jean-Pierre Bénard).


des pays », s'exclame-t-il aussi. « Où ailleurs dans le monde, un jeune malien peut-il prendre gratuitement l'avion du retour, pour voir sa famille ? »

Au fil des minutes, pourtant, faute d’un rythme soutenu, les piques s’émoussent, le propos


s’étiole. Et l’humoriste semble à la peine pour tailler la course de fond d’un spectacle seul-en-scène d’une heure trente, dans le même diamant que ses chroniques radiophoniques brillamment enlevées en 5 minutes chrono.

Jean-Pierre Bénard



Chronique du spectacle seul-en-scène de l'humoriste Régis Mailhot, donné à l'espace Glenmor, à Carhaix (Finistère), samedi 13 novembre 2010.