Formé de Gervais Lessard, le fondateur du groupe, de Claude Morin, son fidèle partenaire depuis 1983 et, au cours de l'année 2001, de Pierre Laporte, le grand maître du violon, le Rêve du Diable se spécialise dans la musique traditionnelle québécoise. Leur répertoire est riche de chansons joyeuses et d'airs à danser qui rendent inoubliables toutes les fêtes qu'ils animent.

Ils sont très actifs au Québec où ils se produisent autant dans les petites que les grandes salles et, régulièrement, à la télévision. Dès sa fondation, en 1974, le groupe a connu rapidement une vaste popularité surtout au Canada mais aussi en Europe : ils sillonnent presque chaque année les routes de France, de Suisse et de Belgique. La bonne humeur semée partout où ils passent est avidement récoltée par tout le monde, des plus jeunes aux plus vieux. Ils ont aussi animé pendant plusieurs années des ateliers de contes, chansons et danses pour des adolescents anglophones.

En 1996, ils ont produit un sixième album intitulé «Résurrection» où la chanson retrouve la place importante qu'elle a toujours occupée dans leur musique. Quelques chansons gaillardes et paillardes du répertoire lessardien font bon ménage avec des chansons à boire et à rire du Clin (Claude Morin).

N'oublions pas de signaler qu'en 1982, le Rêve du Diable a composé et interprété une grande partie de la musique du film d'animation «Crac» de Frédéric Back. Ce film a remporté plusieurs prix, notamment un Oscar à Hollywood pour le meilleur film de sa catégorie. De plus, en cette même année, leur quatrième album «Auberge» s'est mérité un Félix pour le meilleur disque de musique traditionnelle.

Pour le moment, le trio de joyeux lurons se contentent de «virailler» à la grandeur du Québec pour aller vous chercher au plus profond de vos tripes. Aussi, ils vous promettent un nouvel album à l’hiver 2001...

Gervais Lessard

Il est en quelque sorte l'homme à tout faire qui joue du violon, de l'harmonica, de l'accordéon diatonique et une foule d'instruments de percussion : c'est un podorythmiste infatigable. Il a d'ailleurs fait ses débuts comme musicien professionnel en tant que batteur dans l'orchestre de son père à Saint-Charles-de-Belle- chasse (c'était en 1962).

Déjà, tout jeune, il chantait comme un vieux et, maintenant, même quand il est complètement à jeun (ça arrive parfois!) on dit qu'il chante comme un gars saoul. C'est un personnage légendaire chanté, entre autres, par Michel Faubert (Le party chez Gervais) et par les Batinses (Charivari). C'est aussi, à sa manière, un conteur qui fait la réplique au Clin.

En dehors de la musique, il travaille dans le domaine de l'environnement comme professionnel (biologiste) pour la firme Biogénie de Sainte-Foy. Son activité extérieure préférée est l'observation d'oiseaux. Ses autres champs d'intérêts sont la généalogie, la littérature, le cinéma et le scrabble.

Claude Morin dit «Le Clin»

Claude est natif d'Aylmer où il a passé les vingt-deux premières années de sa vie. Il y a débuté sa carrière de musicien en 1964 comme guitariste et chanteur dans un groupe de rock : «Unamed» Il a fréquenté quatre écoles de l'endroit (Labelle, Saint-Paul, Limoges et Saint-Joseph, aujourd'hui polyvalente Grande-Rivière). Son père est décédé mais sa mère demeure toujours sur la rue Brook : il revient donc régulièrement dans la région pour admirer la belle rivière des Outaouais et, à l'occasion, y effectuer de merveilleuses captures.

C'est un musicien au répertoire très varié : rock, country, chanson- nettes françaises, Brassens, Béart, Leclerc, etc. On se demande d'ailleurs ce qu'il peut bien faire dans un groupe comme le Rêve du Diable. Mentionnons ici qu'il connaît une pléiade de chansons traditionnelles québécoises (surtout des comiques et des égrillardes) et que ce sont celles qu'il préfère interpréter. Dans le groupe, on l'entend principalement au piano et à la guitare; de temps à autres, il nous fait la surprise de sortir son accordéon piano (son «Buick 53» comme on se plaît à l'appeler).

La plupart du temps, il mène une vie paisible à Saint-André de Kamouraska où, auprès de sa compagne de longue date, il s'adonne à la menuiserie, la mécanique automobile et... à la cuisine. Il serait malhonnête de passer sous silence que, depuis de nombreuses années, il possède au moins une «van» Volskwagen qu'il habite lorsqu'il n'est pas chez sa blonde même en hiver à 25 en bas de zéro.

Pierre Laporte

Tit-Pierre est le tout nouveau membre du Rêve du Diable; pas tout à fait, car il a déjà joué dans le Rêve en 1983. De toutes façons, il est un des meilleurs violoneux du Québec et s’est d’abord fait connaître en étant le joueur de violon de la Bottine Souriante originelle : c’est son violon qu’on entend sur les deux premiers albums de la Bottine. Il ne faut surtout pas oublier de mentionner qu’il est aussi un excellent chanteur dans le plus pur style des chanteurs de Lanaudière avec l’accent typique et irrésistible en plus. Il est à ce qu’il dit, lui-même, un redoutable joueur d’échecs et n’a pas le choix de se débrouiller en mécanique vu qu’il est incapable de se départir de ses «bazous», vieux jeeps et autres vieux «pick-up».


Écouter le Rêve du Diable en MP3 :