Les Vieilles Mouettes prennent leur envol

L’écrivain de théâtre Christian Rullier a donné au Cinédix à Carhaix, la première lecture publique de sa nouvelle pièce avant sa mise en scène à Albi en février 2007.

Nez chaussé de lunettes demi-lune, barbe grisonnante et complet veston du même tonneau, Christian Rullier se démène seul en scène comme un beau diable, pour donner vie à ses Vieilles Mouettes. «Lui vivant, il préférerait se pendre avec les cordons de la Bourse plutôt que de la confier à quelqu’un», lance l’auteur de cette fiction théâtrale, à propos de René Barrère, un puissant capitaine d’industrie désormais cloué sur un lit médicalisé en attendant la grande faucheuse.

Autour du patriarche, sa fille et trois de ses plus anciens amis et actionnaires guettent les ultimes oracles de l’homme d’affaires, gagné par une tumeur au cerveau. «Même mort, il trouverait encore le moyen de s’enrichir», lâchent-ils, admiratifs devant le palmarès du magnat au bord du trou : «Aéronautique, spatial, édition, médias !» Entraînant les quinze spectateurs du Cinédix dans l’effeuillage progressif de sa dernière œuvre, Christian Rullier donne aussi à voir le décor enserrant Les Vieilles Mouettes dans leur huis clos affairiste. «Un mur d’écrans vidéo diffusant les derniers cours de la Bourse sur fond de course lancinante d’un électrocardiogramme.»

La magouille du siècle

Au chevet du mourant, les proches manigancent les derniers arrangements de la magouille du siècle et s’impatientent. «La signature du contrat de vente des douze


Invité de la 3e Rencontre d’auteurs de théâtre, l’écrivain Christian Rullier a donné la primeur de sa dernière pièce, Les Vieilles Mouettes. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


frégates militaires à Taïwan est imminente !» Sanglée sur son lit de mort, la pythie de l’économie mondialisée déraille. «Mon Dieu. Pardonnez-nous les crimes que nous sommes obligés de commettre !», s’écrie René Barrère, avant de faire virevolter rageusement sa perfusion dans un dernier accès de lucidité. «Je resterai le maître jusqu’à mon dernier souffle !»

Dernière feuille en main, le front perlé de sueur, l’auteur tire le rideau sur un ultime envol de mouettes et de sternes rieuses. «C’est dur de lire tout seul !», lance-il à l’adresse des spectateurs réunis par Pierre Marie Quesseveur.


Véritable «théâtre en train de se faire» sur la scène du Cinédix, la fable de ces cinq personnages en quête de salut boursier, a sans doute encore besoin de temps pour se bonifier. Avec peut-être, on l’imagine, le désir pour Christian Rullier d’assaisonner le tout d’un soupçon supplémentaire de cruauté jubilatoire et de cynisme rentre dedans.

Jean-Pierre Bénard

Chronique de la première lecture publique de la pièce Les Vieilles mouettes donnée par son auteur, au Cinédix à Carhaix (Finistère), le 23 septembre 2006.


Christian Rullier : «Une véritable démarche d'écriture»

Le samedi 23 septembre 2006, à Carhaix, la 3e Rencontre des auteurs de théâtre accueillait ce prolifique écrivain et scénariste de cinéma.

Christian Rullier n’est pas un inconnu à Carhaix où il est déjà venu à l’occasion du 10e anniversaire du festival de théâtre amateur. «Il avait accepté de parrainer notre festival en 2004. C’est un auteur contemporain majeur», confie Pierre-Marie Quesseveur, le président de l’Adec 29 (Art dramatique expression et culture). «Il y a 2 ans, nous avions monté Cabaret furieux, une pièce dont il est l’auteur. Président de la commission théâtre de la SACD (Société des auteurs compositeurs dramatiques), cet écrivain est par ailleurs l’initiateur d’un site internet exhaustif, sur tout ce qui touche au théâtre.»

Une passion pour la chose théâtrale commune aux deux hommes, embarqués dans un même atelier d’écriture en région Rhône-Alpes, au mois de mai dernier. «Christian Rullier y était également invité. Et c’est là qu’est née cette idée d’une résidence à Carhaix, pour permettre à une dizaine de personnes concernées par l’écriture théâtrale, de travailler sur son procédé d’écriture.»

Un stage de 3 jours, organisé du vendredi à dimanche à l’occasion de la 3e Rencontre des auteurs de théâtre. «L’idée est de faire venir un auteur dans le cadre d’une commande d’écriture, avec un texte écrit par lui sur Carhaix et l’action menée par notre antenne théâtrale locale.» Un texte qui sera édité en 2007, dans un ouvrage où figureront également d’autres auteurs francophones impliqués dans ce projet d’envergure nationale. Sans doute une première pour la capitale du Poher, hôte pendant ces trois journées du très mystérieux «matérialisme textuel», cher à l’auteur invité. «Christian Rullier ne croît pas trop à l’inspiration, explique Pierre Marie Quesseveur à ce sujet.


Christian Rullier était l’invité de la 3e rencontre des auteurs de théâtre organisée à Carhaix par Pierre-Marie Quesseveur. (Photo : Xavier Cantat)


La structure de son texte est déjà couchée sur le papier, alors même qu’il n’a pas commencé d’en écrire la première ligne». Une méthode inspirée par le Nouveau roman et mise en pratique avec profit, semble-t-il, par ce scénariste particulièrement productif - il est l’auteur d’une trentaine de films ou d’adaptations de Giono, Simenon et de Léo Malet, avec Nestor Burma - avant d’être un écrivain de théâtre reconnu.

Première lecture publique

Ce samedi au Cinédix, le public a donc rencontré ce linguiste de formation, également enseignant durant quelques années au TNB (Théâtre national de Bretagne), à Rennes. «Il a une véritable démarche d’écriture, qui interroge avec beaucoup de causticité les travers de notre société contemporaine», affirme Pierre Marie Quesseveur,


dont les compères comédiens de la compagnie Faltazia devaient donner à cette occasion une lecture des Vieilles mouettes, sa dernière oeuvre. «Il vient juste d'en achever l'écriture. C’est un texte traitant des dernières heures d’un grand baron de l’industrie, dans lequel Christian Rullier dénonce le cynisme de l’argent et du fonctionnement de la Bourse.»

Une oeuvre portée par une écriture très directe, pour cette mise en pièces un brin cruelle de la collusion du monde de la politique et de la haute finance. «Ce sera la première lecture publique de cette pièce, avant sa mise en vie prévue à la fin de l’année», conclut Pierre-Marie Quesseveur, en infatigable militant de l’écriture théâtrale.

J-P B.

  • Pratique : Rencontre des auteurs de théâtre. Tél : 02 98 93 93 51 et site internet de l'Adec 29

  • Vous pouvez également consulter le site officiel de Christian Rullier.