Soïg Sibéril met la gavotte en transes électros

Le guitariste prépare son prochain spectacle des Vieilles Charrues avec Abstrackt Keal Agram et une résidence artistique à l’espace Glenmor.


Ses esgourdes de quinquagénaire ont-elles bien supporté l’épreuve des boucles électroniques répétitives ? «Ça rallonge un peu les morceaux de se caler sur les machines. Mais ça ouvre des ambiances complètement nouvelles qui me font voyager», rassure Soïg Sibéril, nanti d’un grand sourire au sortir d’une longue répétition avec les musiciens morlaisiens d’Abstrackt Keal Agram.

«Nous sommes en train d’adapter pour la scène les morceaux tirés de Lammat (sauter ou passer en langue bretonne), mon dernier disque enregistré avec ces musiciens», explique aussi le musicien à propos d’un spectacle présenté en avant-première les 21 et 22 juillet 2006 aux Vieilles Charrues.

Des chemins électroniques

«Cette nouvelle résidence artistique avec le guitariste Soïg Sibéril s’inscrit dans le sillage des autres créations musicales, déjà préparées ici les années précédentes avec Jean-Louis Le Vallégant ou Rodolphe Burger», précise de son côté, Jean-Jacques Toux, un des programmateurs du festival carhaisien.

Une résidence tombée à pic pour le guitariste breton, rêvant d’emprunter à son tour sur scène les chemins électroniques déjà défrichés par le chanteur Denez Prigent. «Il y a longtemps que j’avais envie de faire de la musique répétitive, et la rencontre avec les musiciens d’Abstrackt Keal Agram s’est faite grâce à lui.»


Soïg Sibéril sera sur scène avec les machines d’Abstrackt Keal Agram et Lammat, un spectacle présenté en avant-première aux Vieilles Charrues en juillet prochain.


Depuis, la musique de Lammat s’est nourrie aussi des somptueux riffs de guitare électrique de Patrice Marzin. «Un compagnon de route musicale d’Hubert Félix Thiefaine et de Gérard Manset.» Une équipée musicale scénique enrichie également de la poésie vocale bretonnante incarnée par la chanteuse Nolwenn Korbell, et des envolées jazzistiques du sax de Karl Gouriou.

«Sur scène, ça sonnera électro»

«Pour l’enregistrement du cédé, j’avais voulu des sons organiques proches des bones ou du bodhran irlandais. Mais sur scène ça sonnera beaucoup plus électro»,


promet pour sa part Tanguy Destable, un des deux sorciers des sons électroniques d’Abstrackt Keal Agram. De quoi assurément mettre en transes les amateurs de gavottes bretonnes, et de dégourdir les esgourdes de bien des festivaliers en juillet prochain.

Jean-Pierre Bénard

Chronique de la résidence artistique de Soïg Sibéril et des musiciens du spectacle Lammat, présenté en avant-première aux Vieilles Charrues, à Carhaix, en juillet 2006.