Tanguy Lohéac, un goût infini pour l’écriture

Aveugle de naissance, ce jeune centre-Breton vient de publier Le secret d’une amitié, un livre désormais proposé à la découverte des lecteurs carhaisiens.

Il s’est lancé dans une course autour du monde en solitaire pour des études aux USA, en Espagne et au Japon. «J’étais le seul français dans un quartier de Tokyo. Ça a donné lieu à pas mal d’aventures assez cocasses», confie Tanguy Lohéac, jeune centre breton de 34 ans, parti dans l’Empire du soleil levant au début des années 90. Des émotions nippones vécues entre une prépa aux concours d’HEC et un cursus de 3 années à l’Institut supérieur de gestion de Paris. «Une fois, je me suis endormi dans le bus jusqu’au terminus. Le chauffeur japonais m’a réveillé et ça a été toute une histoire pour lui faire comprendre où j’habitais. Finalement, il a pris le volant d’un autre bus et m’a raccompagné jusque chez moi», raconte-t-il avec un humour guère bridé par sa propre cécité. «En général, où que vous soyez, les gens vous aident à trouver votre chemin, et il n’y a pas d’autres obstacles sur votre route que les poubelles ou les trottoirs en travaux.»

Énergie et débrouillardise

Une débrouillardise et une énergie tout de même bien utile, pour compenser les limitations imposées par le handicap. «J’ai eu beaucoup de chance. J’ai juste effectué deux ans dans un institut spécialisé pour apprendre le braille. Au lycée, mes camarades et mes professeurs m’ont énormément aidé pour suivre les cours.» Le plus dur était pour après semble-t-il. «Pour les concours de grandes écoles, il a fallu se battre. Ne serait-ce que pour avoir le droit de les passer.»


À cet emplacement figure la photo de Tanguy Lohéac.

Tanguy Lohéac a dédicacé son premier livre édité à compte d’auteur et tiré à 3 000 exemplaires, à la Maison de la presse de Carhaix. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


Pourvu d’un diplôme en commerce international, Tanguy Lohéac est devenu depuis chef de projet informatique. «J’ai enseigné l’usage des ordinateurs à des aveugles pendant 6 ans à Paris.» Une compétence salutaire pour satisfaire la boulimie de lecture d’un scientifique plutôt enclin au goût pour la chose littéraire. «Il y a de plus en plus d’ouvrages numérisés que l’on peut afficher en braille avec un ordinateur. C’est un plus par rapport aux livres papier destinés aux aveugles, toujours très volumineux et surtout très coûteux.»

Une technologie ouvrant désormais des choix de lectures infinis. «Aujourd’hui, on peut avoir le Goncourt dans les 3 semaines. Alors qu’avant, c’était 5 ou 6 ans dans le meilleur des cas. Un sacré dé-


calage par rapport à l’actualité !» Ayant pris la plume à son tour, Tanguy a écrit son livre en 10 jours. «C’était à l’occasion d’un concours littéraire. Finalement, j’ai gardé le manuscrit avant de le retravailler et de trouver un éditeur en mai de l’an dernier.» Amateur de romans historiques et des œuvres de Didier van Cauwelaert et Paul Auster, le jeune informaticien a bâti son histoire autour d’un échange de lettres entre 2 amis. «Bloqués de part et d’autre d’une ville coupée en deux par un état d’urgence sanitaire.» L’auteur a présenté son récit teinté d’anticipation, le samedi 25 novembre 2006 à la Maison de la presse de Carhaix.

Jean-Pierre Bénard

  • Le secret d'une amitié est publié aux éditions du Panthéon et est disponible à la Maison de la presse de Carhaix (Finistère).


Image cliquable conduisant à la page du billet d'humeur Image cliquable conduisant à la page des nouveautés du site Image cliquable conduisant à la rubrique ethnomusicologique Image cliquable conduisant à la présentation des films disponibles Image cliquable conduisant à la page consacrée au Québec Image cliquable conduisant à la page des liens favoris Image cliquable conduisant au plan du site Image cliquable conduisant au formulaire de contact Image cliquable conduisant à la page des jeux Image cliquable conduisant à la page d'accueil du site