Le Théâtre du Donjon au seuil du Masque d’or

Les comédiens choletais briguent la plus haute distinction du théâtre amateur à Kergloff.

Ils sont issus d’un terreau théâtral exceptionnellement fertile. «Nous sommes 7 troupes recensées à Cholet et le public nous suit», confie Olivier Simonneau, l’un des 5 comédiens du Théâtre du Donjon, venus du Maine-et-Loire pour participer à leur premier Masque d’or dans la salle des Bonnets Rouges, ce dimanche à Kergloff dans le Finistère. «Le creuset du théâtre amateur est très important chez nous. Chaque petit bled a sa troupe et nourrit un vivier de comédiens et de comédiennes assez important.»

Cet ancien aide-soignant aujourd’hui en retraite est en amour avec les planches depuis près de 28 ans. Jamais lassé ni déçu, il est aujourd’hui le seul rescapé d’une aventure théâtrale entamée en 1986. «On a commencé par monter des pièces de boulevard entre copains, avant d’en avoir assez de ce style et de nous intéresser ensuite au café-théâtre.» Une manière de répétition générale, avant d’attaquer les morceaux de choix d’une brochette d’auteurs contemporains autrement plus relevés. «Lorraine Lévy, Jacques Rampal, Guy Foissy, et maintenant Xavier Durringer avec La Promise», énumère Olivier Simonneau.

La Promise ? Une pièce à 5 personnages évoquant les situations d’épouvante de la guerre des Balkans dans une sorte de huis-clos tragique. A mille lieues des vaudevilles des débuts donc. Et un vrai défi de mise en scène relevé crânement par les comédiens choletais du Théâtre du Donjon, bientôt suivis par la FNCTA, la Fédération nationale des compagnies de théâtre et d’animation. «Nous leur avons présenté notre projet, sélectionné ensuite pour aller jouer en Lettonie à Rezekne, une petite ville à 250 km de Riga, dans un festival international de théâtre amateur en 2006.»


À cet emplacement figure une photo des comédiens en scène pour La Promise, la pièce de Xavier Durringer.

Pascal Jouin est Zeck, le soldat fiancé, et Olivia Point incarne Lucia, la jeune fille violée de La Promise, la pièce de Xavier Durringer jouée ce dimanche à Kergloff par le Théâtre du Donjon. (Photo©Jean-Pierre Bénard).


Un travail théâtral exigeant épaulé par le savoir-faire de Pascal Rochais, le metteur en scène. «On a travaillé avec des bouts du texte de Xavier Durringer, sans véritable ordre chronologique», raconte à ce sujet le comédien amateur venu de la troupe amie du Studio 10. «Nous avons beaucoup improvisé sur la trame du texte. Avant de revenir à l’œuvre originale et au travail de répétition dans un décor minimaliste.»

Abasourdis par la puissance du texte

De longues heures de travail pour débusquer d’entre les mots, le caractère des personnages d’un texte adapté par leurs soins. «Nous avons très vite décidé d’évacuer le lieu du conflit. Pour nous intéresser seulement à la vie et aux relations de ces personnages entre eux et avant la guerre», résume le metteur en scène. Parmi eux, Lucia et Zeck. Une jeune femme violée par l’ennemi, devenue enceinte et vengée à la guerre par son fiancé. Les deux visages d’une humanité meurtrie. «Comment peuvent-ils encore envisager de construire


quelque chose ensemble après ce qui s’est passé ?», s’interroge la troupe du Théâtre du Donjon, attentive à la montée de l’émotion au fil des représentations. «On a vu des spectateurs rester scotchés sur leur siège à la fin du spectacle. Abasourdis par la puissance du texte», se souvient Olivier Simonneau. Désormais embarqués dans la sélection du Masque d’or qui se joue ce dimanche, comment les comédiens de Cholet voient-ils ce nouveau défi ? «Avec des doutes, car nous sommes encore dans une phase de progression. On a besoin de jouer pour trouver les bonnes clés et être un peu plus sereins, confie Pascal Rochais, tout en se voulant rassurant à la veille d’une représentation décisive pour la suite. Je pense qu’il y aura un bon stress positif au moment de monter sur scène !»

Jean-Pierre Bénard

Portrait de la troupe de théâtre amateur, Le Théâtre du Donjon, au programme de la sélection régionale de l'Ouest, organisée les 10 et 11 février 2007 à Kergloff (Finistère), pour le masque d'or de la FNCTA.