À Trévarez : le multimédia plébiscité par les visiteurs

La visite du grand salon de l’aile ouest du château de Trévarez a fait un tabac, samedi et dimanche, à l’occasion des journées européennes du patrimoine. Retour sur une innovation qui fera date.

Il est 13 h 30, samedi, et le premier groupe de visiteurs de l’aile ouest du château patiente, en admirant le superbe panorama sur la vallée de l’Aulne qui s’offre à leurs yeux. « Nous sommes des habitués, confie en souriant Jean-Yves, un agriculteur venu de Trébrivan (Côtes-d’Armor). Cette fois-ci, ce qui nous intéresse, c’est de voir cette partie du bâtiment, habituellement fermée au public, par le truchement des tablettes numériques. » À ses côtés, Solène, sa fille âgée de 22 ans, acquiesce. « C’est le petit plus qui fait que je suis là aussi. »

« Je voulais absolument voir ça »

Dans le vestibule attenant au grand salon, Lise Castello, médiatrice culturelle du Domaine, donne ses dernières consignes au premier groupe de 16 visiteurs. « Vous disposerez d’une tablette numérique tactile par groupe de quatre ou cinq. Pour accéder à la réalité augmentée, il vous suffira de cliquer du doigt sur la pastille affichée à l’écran. »

Sous l’œil des visiteurs, le petit miracle des images de synthèse opère instantanément : décors et boiseries dans leur état initial, plafonds et parquets somptueux du grand salon de Trévarez apparaissent, en effaçant traces de la destruction du bombardement allié de 1944 et outrages du temps.


Les visites de l’aile ouest du château de Trévarez se sont jouées à guichet fermé, pour admirer les décors voulus par James de Kerjégu il y a un siècle, et reconstitués aujourd’hui en réalité augmentée par la société rennaise Artefacto. (Photo : © Jean-Pierre Bénard)


« C’est superbe ! Regarde le dessin sur les boiseries. C’est chinois... »

« Le château, comme il y a 60 ans »

Pour Michèle, une retraitée de Maison-Lafitte (Yvelines), en vacances à Douarnenez, l’enthousiasme est réel. « Ça recrée le lieu tel qu’il était il y a 60 ans. C’est la première fois que je viens à Trévarez et je voulais absolument voir ça. » « C’est un lieu que j’aime beaucoup. J’y viens très souvent et c’est un autre aspect du château que je découvre aujourd’hui », confie à son tour Yveline, une Brestoise de 51 ans, non moins ravie par


l’irruption de cette « réalité augmentée ». Depuis l’esplanade du château, Erwan Mahé, un des concepteurs du projet, observe la scène. « Nous avons débuté ce travail il y a trois ans, confie l’architecte de la société rennaise Artefacto. Aujourd’hui, il est très satisfaisant de voir que cette solution technologique, robuste et mature, apporte le plaisir de nouvelles découvertes aux visiteurs. »

Jean-Pierre Bénard


Papier publié à l'occasion des Journées du patrimoine, le 20 septembre 2011.